Les états d'âme de James Dean aux enchères

Clément Solym - 15.09.2011

Edition - Société - james - dean - lettres


Les états d'âme de James Dean lors de ses premiers tournages, son mal du pays et son insécurité affective sont à présent dévoilés au grand jour à travers des lettres qu'il a adressées avant d'être connu à ses amis proches, à sa première histoire sérieuse et à sa famille. La star hollywoodienne des années 50, à la carrière brillante mais éphémère, continue à fasciner.

 

Des lettres gardées comme un trésor pendant un demi-siècle seront vendues pour les 80 ans de l'artiste s'il était toujours vivant. Elles sont estimées entre 3000 et 6000 livres (environ entre 3 500 et 6 900 €). Dean s'était rapidement fait un nom à Broadway et à Hollywood, à Broadway dans The Immoralist, une pièce adaptée d'un roman d'André Gide, et à Hollywood dans À l'est d'Éden et La fureur de vivre, film adaptaté d'un roman de Steinbeck.
 


Dean est candide et franc dans ses lettres. Il n'hésite pas à décrire The Immoralist comme « de la vraie merde », mais qui aura malgré cela « probablement un succès monstrueux ». À son arrivée à Hollywood, il se plaint beaucoup d'avoir le mal du pays, et continue à se confier à sa première petite amie sérieuse pendant qu'il lui manque aussi. 

Certaines lettres sont pleines d'humour, comme l'une d'entre elle qui prend la forme d'une lettre de rupture parce qu'il est tombé amoureux - d'un cheval qu'il acheté.

 

Neil Robert, chef du département Culture Populaire à Christie's, déclare : « Christie's est honoré de pouvoir mettre aux enchères ces lettres qui fournissent une perspective réaliste de l'esprit de l'artiste. Elles révèlent la face privée de la personne publique, du jeune homme qui est devenu une légende du cinéma : un jeune homme seul, incertain et soucieux, dédié à son art. » 

(Via Art Daily)