Les États désunis d'Amérique

Clément Solym - 25.07.2011

Edition - Société - collection - restauration - fonds


Il y a cent cinquante ans, l’allégresse et la colère suivant l’élection à la présidence des États-Unis d’Abraham Lincoln étaient à peine retombées que le pays s’enfonçait dans sa crise la plus grave.


Le 12 avril 1861, à Fort Sumter, en Caroline du Sud, la première mèche est allumée par les forces confédérées. Pendant quatre années, le pays se déchire. La New York Public Library travaille depuis quelques mois à la restauration d’un fonds documentaire extraordinaire sur la guerre de Sécession : près de 300 mètres linéaires de lettres et documents divers.


Parmi toutes ces missives, beaucoup sont à l’adresse de la Commission Sanitaire. Celles de Martha Plumb, épouse d’un soldat nordiste, prennent fin tragiquement car son époux meurt de la typhoïde.

Le 24 avril 1863, elle envoie une lettre illustrée d’un aigle entre deux drapeaux des États-Unis : « J’ai envoyé mon époux à la guerre avec un bon motif, comme toutes les femmes vraiment patriotes l’auraient fait […] Il était gentil avec moi et donc il a été dur de se séparer de lui, alors gentils messieurs, si vous pouviez me répondre aussitôt que vous aurez cela, Dieu vous bénisse ».

Deux millions de dollars ont été affectés à la restauration de ce fonds par un philanthrope. L’intégralité de la collection est par ailleurs indisponible au public durant toute la durée des travaux.

La collection comprend des plans, des photographies, des registres d’hôpitaux et beaucoup de lettres, témoignages de la pire des guerres qui puisse être, quand un pays se déchire.


Légende lettre sécession :
La New York Public Library restaure actuellement d’un fonds documentaire extraordinaire sur la guerre de Sécession. Ici une lettre de Martha Plumb, épouse d’un soldat nordiste, adressée à la Commission Sanitaire, 1863.
© D. R.