Les finances des Librairies Borders : Waterloo à l'envers ?

Clément Solym - 02.10.2008

Edition - Economie - librairie - Borders - rachat


Les soucis financiers de la chaîne Borders sont connus de longue date et après avoir échoué dans leur quête d'un repreneur, le groupe a été contraint de se tourner vers Pershing Square Capital Management, qui devient par la même le principal actionnaire.

Fondé historiquement dans la ville d'Ann Arbor, le libraire Borders avait annoncé en mars qu'il se mettrait en vente dans le cadre d'un plus vaste plan de restructuration. Mais ce dernier n'a pu aboutir, contraignant le groupe à remettre pour 5,15 millions $ d'actions à Pershing.


C'est Willima Ackman, qui détenait jusqu'à lors 20,1 millions $ d'actions de la société qui est à la tête de Pershing, soit près de 29 % des parts de Borders. Ce dernier avait proposé que le libraire se rapproche d'Amazon, plutôt que de Barnes & Noble, lorsque les tractations furent entamées.

Avec plus de 1100 magasins à travers le monde, Borders passe désormais dans une tout autre ère...