medias

Les fondations actives dans le domaine du livre et de la littérature

La rédaction - 09.03.2017

Edition - Economie - fondations livre littérature - soutien financement édition - publication économie aides


On oublie parfois la multitude d’implications des fondations dans le domaine du livre et de la lecture. Occultée par la médiatisation de quelques opérations de prestige, cette aide peut devenir un soutien non négligeable. Autant qu’elle démontre un véritable engagement.

 

1976 Little Construction Vehicles

JD Hancock, CC BY 2.0

 

 

Un soutien financier pour l’édition d’ouvrages

 

Parmi ces opérations de prestige, on peut citer la Fondation des banques CIC pour le livre, qui a contribué, dans les années 1990, au financement des dix volumes du Patrimoine des bibliothèques de France (Payot).


La Pléiade s’est même entendue avec la Fondation France Télécom pour éditer le cinquième tome des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau ! Certaines maisons d’édition restent pourtant réticentes, craignant des promotions publicitaires déguisées.

 

Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile d’y voir clair, même quand un lunetier italien, en l’occurrence Prada, s’en mêle. Lors d’un concours littéraire, en partenariat avec l’éditeur Feltrinelli, les écrivains candidats devaient pondre un texte à partir de la question : « Quelles sont les réalités que nos yeux nous rapportent ? Et de quelles manières ces réalités sont-elles filtrées à travers des lentilles ? »

 

L’industrie du luxe investit d’ailleurs de plus en plus le secteur littéraire. Feu Maurice Nadeau s’était associé avec LVMH pour la collection « Voyager avec », en hommage à l’inventeur de la malle plate, Louis Vuitton. La frontière entre édition, mécénat, sponsoring et intérêts financiers est parfois mouvante...

 

LVMH est ainsi entrée au capital de la holding qui détient Gallimard et Flammarion. Gallimard étant aussi l’éditeur de La Malle, recueil de souvenirs du même Louis Vuitton.

 

 

La Fondation SNCF, engagée dans la lutte contre l’illettrisme

 

Aux antipodes du monde du luxe, la Fondation SNCF a fait de la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul, son cheval de bataille. Depuis 2009, elle a soutenu près de 900 projets associatifs ayant pour but de donner le goût des mots. 889 associations ont été soutenues, six partenariats nationaux ont été instaurés, avec près de sept millions d’euros engagés dans l’Alliance pour

 

l’éducation et contre le décrochage scolaire, mécène de la prévention de l’illettrisme. L’éducation du sens critique pour discerner l’information de la rumeur et la découverte du savoir mondial accessible en ligne sont mis en avant, avec son huitième appel à projets « Entre les Lignes », en 2016, le premier à ouvrir une fenêtre numérique.

 

Créé en 2001, le prix SNCF du polar est devenu le premier prix de lecteurs en France, avec 2 000 inscrits et douze comités de lecture à travers toute la France. Il récompense chaque année les nouveaux talents du roman policier, révélant des auteurs comme Gianni Pirozzi, Colin Thibert ou Franck Thilliez.

 

Ce n’est pas la Fondation SNCF, mais la SNCF en personne, qui est directement partenaire du salon Noir sur la Ville, à Lamballe, à qui elle fournit pour deux mille euros de billets de train, afin d’acheminer les auteurs.

 

Au départ, une initiative de l’association organisatrice, qui a mis en place, avec l’aide de la Région, l’opération « TER de polars », conduisant à des animations polar dans des trains, de septembre à novembre, ainsi qu’à la création d’une bibliothèque éphémère, en gare de Lamballe.

 

Gérard Alle

 

 

en partenariat avec Livre et lecture en Bretagne