Les garçons lisent autant que les filles, mais des livres plus simples

Clément Solym - 01.03.2010

Edition - Société - garçons - lire - autant


Lecture d'un jour, lecture toujours : oui, mais que lire ? L'éternelle différence entre les garçons et les filles, clairement pas égaux devant la lecture vient-elle de prendre fin ? Un peu. Mais pas trop. Parce qu'une enquête menée sur 100.000 enfants anglais et dirigée par le professeur Keith Topping montre que « les garçons lisent presque autant que les filles », explique-t-il. Une conclusion pour le moins révolutionnaire, mais qui s'accompagne de quelques petits points noirs.

L'université de Dundee qui a fourni cette analyse à la société Renaissance Learnng (spécialisée dans les tests scolaires en ligne) dévoile en effet autre chose : « Les garçons ont tendance à lire des livres plus faciles que les filles. » Le tableau global montre que les p'tites à couettes ont tendance à s'aventure dans des ouvrages d'un niveau littéraire plus ardu, alors qu'à niveau scolaire équivalent, les garçons se consacrent à des ouvrages plus abordables.


Thérapie par l'exemple : pour ces jeunes, âgés de 13 à 16 ans, les filles préfèrent massivement Twilight - limite presque pas difficile à envisager. Au contraire, les garçons optent pour The Dark Never Hide, du Britannique Peter Lancett, un ouvrage de fantasy illustré...

Alors pour le coup, la distinction entre les unes et les autres s'établirait à partir de 11 ans et qu'ils passent dans le cursus scolaire supérieur - notre collège à nous en fait. De plus, J.K. Rowling, qui l'année passée occupait encore la 2e place des auteurs les plus populaires, viendrait de dégringoler à la... 9e. Une remarque d'importance, puisque les aventures du petit sorcier pouvaient impliquer plus les garçons, par effet d'identification, et leur désintérêt s'est alors transformé en recherches de lectures faciles.

Conclusion à tirer de ces conclusions : les professeurs devraient se montrer plus vigilants sur ce que lisent leurs élèves et proposer des ouvrages plus adaptés. Ainsi que les habituer à fréquenter plus les services de bibliothèque scolaire...

L'étude serait à rapprocher de cette que nous évoquions précédemment, et réalisée par la National Literacy Trust. Selon ses résultats, les jeunes préféreraient dans tous les cas internet aux ouvrages de fiction. Oups...