Les gens qui affirment aimer la lecture sont plus attirants

Cécile Mazin - 17.06.2016

Edition - Société - livre sexy lecture - rencontres livres séduction - My Bae app


Les lecteurs l’ont toujours su, mais, cette fois, une étude tente de le démontrer : la lecture est sexy. Mieux : lire est un passe-temps capable de plaire, lorsque l’on se lance dans une entreprise de séduction. Le livre, arme lourde quand il s’agit de conquérir l’objet de son désir, la preuve est désormais faite.

 

Love

Alberto Garcia, CC BY 2.0

 

 

C’est l’application My Bae, spécialisée dans les rencontres, qui l’affirme : en observant les profils de ses utilisateurs, elle a pu constater que les personnes qui présentent la lecture comme un passe-temps principal ont plus de chance de gagner les cœurs. Les usagers de l’application proposent en effet sur leur profil des centres d’intérêt, et loin devant la musique, les films et la télévision, les livres sont les plus attirants.

 

Mieux, annonce le site, 21 % des rencontres effectuées avec succès avaient des lectures en commun, contre 15 % pour les trois autres domaines, films, musique et télévision. Conclusion première : partager des goûts littéraires serait un plus. Seconde conclusion : les tags liés à la lecture type #books, #reading, #fiction et ainsi de suite semblent particulièrement recherchés par les autres utilisateurs.

 

D’ailleurs, le site remarque que les usagers ont bien pris en compte cette dimension : 11 % de ses utilisateurs utilisent des hashtags liés à la lecture, pour se présenter comme des passionnés de livres, pour tenter de créer des points d’accroche. Ainsi, ceux qui ont affiché sur leur profil #TheGirlOnTheTrain, #GameOfThronesBooks, ou #TheLastMan ont vu leurs chances d’attirer l’attention drastiquement augmenter... Et ce, par rapport aux utilisateurs qui ne font pas de mention directe aux livres.

 

Même les profils ne disposant pas de photos mais avec des références aux lectures étaient plus consultés...

 

L’attractivité ne se juge pas simplement à la couverture, dirait-on, mais les données ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Les genres les plus prisés sont ainsi la romance, le thriller psychologique et les voyages. 

 

Avec plus de 64 % des utilisatrices qui sont de grandes lectrices, contre seulement 39 % des hommes, les résultats sont sans appel. D’ailleurs, des hashtags sont même apparus pour signaler une exigence dans la relation : #NoBooksFucks. On ne peut pas faire plus clair. Et la référence est d’autant plus littéraire qu’elle fait allusion au mot de John Water : « If you go home with somebody, and they don’t have books, don’t fuck ‘em! » (« Si vous rentrez avec quelqu’un et qu’il n’a pas de livres, ne couchez pas avec »).

 

Si le rendez-vous qui suit se déroule avec un.e bibliothécaire, n’oubliez pas de jeter un œil aux recommandations essentielles qui vous permettront de savourer la première soirée.

 

Et puis, comme le monde est bien fait, les antagonismes entre papier et numériques se retrouvent également avec des descriptifs plutôt amusants, qui posent également les bases d’une relation saine. Par exemple, les amateurs d’écrans apprécieront :

 

#Kindle4Life, #SaveTheTrees, #KindlePower, #GetBooksAnywhere, #ConveienceWins, #ILoveMyKindle, #Kindle

 

Alors que ceux pour qui papier est éternel savoureront ceux-ci :

 

#FuckYourKindle, #PaperPower, #NewBookSmell, #PaperIsBest, #Paperbacks, #Hardbacks, #NoPowerNoProblems

 

D’ailleurs, les anti-ebooks sont 71 % sur le réseau de rencontre, ce qui laisse entendre que, pour plaire, mieux vaut aimer la chose imprimée. Conclusion de My Bae ? « Si vous cherchez l’amour, allez récupérer un putain de livre. Et si vous ne le savez pas, il y a beaucoup de moments spéciaux à créer entre vous et un bon roman. »

 

voir My Bae

 

Après, ça ne marche pas forcément avec n'importe quel livre...

 

via GIPHY