Les héritiers de Saint-Exupéry réclament 100.000 € à un éditeur

Clément Solym - 18.09.2008

Edition - Justice - Saint - Exupéry - héritiers


Alors que nous ne sommes plus qu'à quelques jours d'obtenir l'exemplaire dessiné par Joann Sfar de son adaptation du Petit Prince, voilà qu'une sombre histoire de violation de droits d'auteur fait également revenir le nom de Saint-Exupéry sur le devant de l'actualité.

En effet, les éditions Les Arènes auraient fait paraître des textes encore inédits dans un livre intitulé Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry, un amour de légende. Et ce, sans avoir obtenu l'autorisation des ayants droit.

Alain Vircondelet et José Martinez Fructuoso, secrétaire de Consuelo, avaient signé ce livre en 2005 : à l'intérieur, on trouvait quelques échanges tirés de la correspondance d'Antoine et Consuelo. Elle fut la compagne de l'auteur, et elle légua à José Martinez Fructuoso ses biens.

Mais voilà, les « héritiers du sang » de l'auteur ont estimé que la maison avait, par cette « divulgation post-mortem », attaqué leur droit moral. Dès lors, les consorts d'Agay, seuls à détenir les droits, considèrent que, du vivant de Saint-Exupéry, il n'aurait jamais accordé que ces textes soient publiés. Dès lors, ce sont 50.000 € pour le préjudice moral et autant pour les frais de justice. Le procès se tenait à la 3e Chambre civile du TGI, à Paris.

L'avocat de l'éditeur, Me Vincent Toledano a pointé toute l'étrangeté de cette affaire : il semble en effet étonnant de contester « la publication de quelques lettres d'amour à son épouse, alors qu'on n'hésite pas à publier des lettres à sa maîtresse... »