Les hommages musicaux de Patti Smith à la littérature russe

Julien Helmlinger - 18.12.2014

Edition - International - Patti Smith - Musique - Hommage


Boulgakov et Gogol, rock 'n' roll niggers. On la surnomme parfois la « marraine » du mouvement punk, mais sa musique au fil d'une longue carrière laisse transparaître des influences variées. Quoi qu'il en soit, Patti Smith fait probablement partie des rares cas, si ce n'est le seul, à cumuler les honneurs du Rock & Roll Hall of Fame avec ceux des National Book Awards. La musicienne publie ses écrits, et elle chante aussi parfois les livres des autres.

 

Photo souvenir avec Neil Young (page officielle)

 

 

Si Patti Smith a coutume d'injecter dans ses riffs de guitare sa propre poésie, non sans accents de Beat Generation, l'artiste sait également mettre en musique les écrits de ses inspirateurs de jeunesse, au rang desquels la littérature russe, ou encore le cinéaste Tarkovsky, pour ne citer que des compatriotes...

 

Le titre de son dernier album, sorti en 2012, Banga, est inspiré du nom d'un protagoniste du roman Le Maître et Marguerite, signé Mikhail Boulgakov. Banga, c'est en fait le loyal canidé de Ponce Pilate, dans ce récit qui se déroule entre le Jérusalem contemporain de Jésus et la Russie des années 1930.

 

Le titre du même nom, à découvrir ci-dessous, avec un certain Johnny Depp, batteur à ses heures :

 

 

Sur le même album, autre hommage à un grand classique de la littérature russe, le titre April Fool a été composé en l'honneur de Nicolas Gogol. Patti Smith y chante des vers évocateurs de sa nouvelle Le Manteau, quand d'autres mentions font allusion au fait que l'auteur avait immolé des manuscrits de son roman Les Âmes mortes :

 

 

(via OpenCulture)