Les hommes en proie au chômage et les femmes sous-employées

Julien Helmlinger - 01.10.2014

Edition - Economie - Chômage - Sous-emploi - Statistiques INSEE


L'Insee vient de dévoiler sa Photographie du marché du travail en 2013, indiquant une moyenne de 9,8 % de chômeurs sur l'ensemble des actifs, une hausse de 0,4 point en comparaison à 2012, et ce malgré une stabilisation en milieu d'année 2013. Selon le recensement, la situation des hommes s'est fortement dégradée depuis 2011 sur le marché de l'emploi de métropole, leur chômage augmentant de 1,5 point pour s'établir à 10 %, soit davantage que chez les femmes (9,7%). Les mâles étant également les plus concernés par le chômage de longue durée.

 

 

 

Par contre, « près de 80%» des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes. Parmi elles, près d'un tiers (32,5%) souhaitent travailler davantage » selon l'Insee. Il ressort de l'étude que la gent féminine représenterait non moins de 71,7 % des 1,68 million d'actifs « en sous-emploi », soit les personnes employés à temps partiel mais étant disponibles et souhaitant travailler davantage, où encore celles traversant une période de chômage technique ou partiel.

 

Les chômeurs ne sont pas à confondre avec les 22 millions d'« inactifs », qui quant à eux « ne travaillent pas et ne recherchent pas activement un emploi ou ne sont pas disponibles pour en occuper un ». Catégorie dans laquelle entrent les étudiants, retraités, parents au foyer, et autres personnes en incapacité de travailler.