Les indices qui prouvent que Kanye West est un grand lecteur

Antoine Oury - 26.08.2016

Edition - International - Kanye West lecteur - Kanye West livre - Kanye West écrivain


La phrase était d'une bêtise rarement atteinte, et reste collée à celui qui l'a prononcée : en 2009, le rappeur Kanye West se déclarait « fier non-lecteur de livres » dans une interview donnée à l'occasion... de la sortie de son livre (!), une sorte de pseudo-manuel philosophique dont il n'avait probablement pas écrit une ligne. Mieux vaut l'écouter : son œuvre musicale est truffée d'indices qui révèlent à quel point Mr West est un grand lecteur.

 

Kanye West 03

(rodrigoferrari, CC BY-NC 2.0)

 

 

1. Il connaît ses classiques

 

La première étape dans la carrière d'un grand lecteur, c'est la découverte des classiques. Ces livres qu'il faut avoir lus, même si l’on est bien sûr libre de les apprécier ou non, définissent généralement une vie de lecteur, en fonction de ceux que l'on a détestés et adorés.

 

Kanye connaît ses classiques, et lorsqu'il s'agit d'évoquer la nuit rêvée avec la femme idéale, c'est une « Shakespearian midsummer night dream », référence au titre original du Songe d'une nuit d'été. Le reste de la chanson, « Getting Out the Game », rend d'ailleurs hommage aux remarques grivoises qu'affectionnait le Barde...

 

 

Autre exemple, dans « Through the Wire », probablement une des meilleures chansons de Kanye, rappée alors que sa mâchoire est enserrée dans un dispositif chirurgical (un accident de voiture a laissé le rappeur comme mort, défiguré « comme Tom Cruise dans Vanilla Sky »). Sur son lit d'hôpital, West a eu le temps de gamberger, de regarder son parcours comme « le fantôme des Noëls passés ». « Look back on my life like the Ghost of Christmas Past », une référence au Conte de Noël de Charles Dickens et à l'esprit qui invite Scrooge à contempler les fêtes de jadis...

 

 

 

 

2. Sa mère a été professeure d'anglais

 

La mère de Kanye, Donda West, a été rnseignante à la Clark Atlanta University, et s'est donc efforcée de fournir une éducation convenable à son fils. Ce qui signifie probablement beaucoup, voire énormément de livres. West a d'ailleurs toujours eu du mal à assumer ces origines classe moyenne et son éducation lettrée, qui dénote dans le milieu du rap. Au début de sa carrière, alors qu'il s'illustre surtout comme producteur, les autres rappeurs le pensent incapable d'aligner 3 rimes. D'où la déclaration, en 2009, sur les livres, qui ne relèverait que d'une posture street cred.

 

Quoi qu'il en soit, West adore sa mère, et son cœur est brisé lorsqu'elle meurt de complications liées à une opération, en 2007. Sorte d'illustration de l'univers torturé et complexe du rappeur, sa mère, ancienne professeure d'anglais, décède suite à une liposuccion, alors qu'elle se consacrait au management du rappeur.

 

Avec « Hey Mama », en 2005, le rappeur rendait déjà un vibrant hommage à sa mère, avec une référence à la poésie qu'elle lui a fait découvrir très jeune.

 

Can't you see, you're like a book of poetry

Maya Angelou, Nikki Giovanni, turn one page and there's my mommy

 

 

 

3. La mythologie et les textes sacrés le fascinent

 

Le rap a toujours été une histoire de dieux, avec un combat d'ego démesurés, mais Kanye West a donné à cette joute une tout autre ampleur, en se comparant régulièrement à Dieu, tout simplement. Depuis, il s'est calmé, mais son attirance pour la mythologie a marqué quelques albums, dont My Beautiful Dark Twisted Fantasy et le clip du titre « Power ».

 

 

 

Le rappeur se sert aussi de certaines figures pour établir des comparaisons et des images, comme Méduse dans « Get Em' High » et le récent « Saint Pablo » pour avertir sur les dangers de l'argent qui, trop contemplé, produit le même effet que la Gorgone.

 

Don't stare at money too long, it's Medusa

 

 

4. Il fait des références alambiquées à des écrivains

 

West aime bien parler de lui et de ses potes, mais ne fait pas trop dans le name-dropping lorsqu'il s'agit des écrivains. Pour les évoquer, il prend donc les chemins les plus alambiqués, peut-être pour, comme évoqué en 2., éviter de se faire bizuter par les autres rappeurs.

 

Dans « No more parties in L.A. » (2015), tiré de l'album The Life of Pablo, il développe l'identité de ce fameux Pablo... Enfin, en quelque sorte : 

 

I feel like Pablo when I'm workin' on my shoes

I feel like Pablo when I see me on the news

I feel like Pablo when I'm workin' on my house

 

Le Pablo en question peut être identifié comme Pablo Picasso, un artiste auquel West se réfère depuis longtemps, Pablo Escobar, criminel médiatique qui s'était construit sa propre « prison ». Mais la dernière ligne fait également référence à Pablo Neruda qui, en 1959, commence à construire à Valparaiso (Chili) sa propre maison. 3 ans plus tard, « La Sebastiana » est sortie de terre. 3 phases, 3 Pablo, 3 répétitions, la trinité est bouclée.

 

 

 

Kanye peut faire encore pire (ou mieux, c'est selon) : dans « Flashing Lights », en 2007, le rappeur se confie :

 

I'm more of the trips to Florida

Ordered the hors d'oeuvres, views of the water

Straight from a page of your favorite author

 

 

En gros, il explique qu'il aime la Floride, la plage, la vue sur la mer et les hors-d’œuvre, le tout « sorti d'une page écrite par ton auteur préféré ». Outre la sympathique image, certains y voient une référence subtile à Ernest Hemingway, résidant en Floride, très attaché à l'océan et à la France...

 

N'oublions pas non plus que Kanye West a travaillé avec Bret Easton Ellis à l'occasion de son album Yeezus, en 2013. Un remix d'une scène du film American Psycho avait été diffusé en guise de promo, mais Bret Easton Ellis avait confié qu'il écrivait un scénario pour un long-métrage réalisé par West. Depuis, plus rien, et le projet est sûrement mort et enterré.

 

 

 

5. Cette image

 

On termine avec un indice imparable, fourni par l'Instagram de Kim Kardashian elle-même, avec le concours de North West, la fille du rappeur :