Les jeux vidéo et la télévision sur iPod tueront le Kindle dans l'oeuf

Clément Solym - 05.07.2008

Edition - Société - Nick - Hornby - Kindle


Nick Hornby est un bon écrivain. Qui a même des bonnes idées. Surtout quand on lui demande son avis sur le Kindle. C'est très simple : un humain normal achète environ 7 livres par an. Qu'il paye 4 £ pièce (oui, Nick est anglais...). De là, comment convaincre un utilisateur de dépenser 400 £ pour l'Iliad, seul modèle actuellement disponible en Angleterre. « Les avantages de l'Iliad ou du Kindle, pouvoir embarquer un grand nombre de livres avec soi ne sont d'aucun intérêt pour l'acheteur moyen », selon lui.

D'ailleurs, Nick ne considère pas les lecteurs comme des fans de high-tech, courant après les dernières évolutions. Et de rapprocher la situation de celle de la musique numérique : « Quand nous avons acheté nos iPod, nous possédions déjà de la musique à mettre dedans, mais peut d'entre nous ont déjà des ebooks. » Un constat contestable, étant donné le nombre de sites référençant des livres numérisés, non soumis au droit d'auteur, pour ne parler que d'eux.

Mais surtout, Nick considère le fait que désormais, on peut visionner des émissions télé sur son iPod : quelle raison alors d'acheter des livres pour s'occuper le matin dans le métro ? Comment, dans ce cas, le Kindkle serait l'iPod des livres ? L'engouement pour les consoles portables est également un facteur à prendre en compte. On se divertit autrement, et ces éléments-là possèdent, soit un niveau d'implication supérieur, soit de délassement intellectuel - du temps de cerveau disponible ? - plus simple d'accès.

Maintenant, reste à savoir si outre-Manche, les jeunes, qui représentent l'avenir de la lecture sont plus attirés par ces dernières technologies ou par un Kindle, un Reader ou un Iliad. Qui d'entre nous connaît des enfants qui harcèlent leurs parents pour en avoir un ? Peut-être un effet de mode changera-t-il la donne... Qui sait, les enfants nous réservent toujours de grandes surprises...