Les jouets pour enfant, (seul ?) avenir des librairies Barnes & Noble

Camille Cornu - 09.11.2015

Edition - International - librairie divertissement - lieux rencontre


Le nouveau PDG de Barnes et Nobles entend miser sa stratégie sur la présence en librairie d’autres objets que les livres. Il avait été embauché par la chaîne pour son expérience dans le commerce de produits informatiques et de jouets pour enfants, deux secteurs particulièrement porteurs. 

 

Schtroumpf - Frankfurt Buchmesse 2014

 

ActuaLitté CC BY-SA 2.0

 

 

Début septembre, Barnes et Nobles s’est scindé en deux entreprises différentes : Barnes et Nobles Education pour la vente d’ouvrages scolaire et Barnes et Nobles Inc. pour le reste. 

 

Mike Huseby, l’ancien PDG de Barnes and Nobles, dirige désormais la collection scolaire tandis que Ron Boire est en charge de la section « grande distribution », qui comprendra tous les livres ne rentrant pas dans la catégorie « scolaire », ainsi que divers objets, comme des kits pour ordinateurs, des fournitures d’art ou des jouets. Cette catégorie d’objets est celle dont les ventes ont le plus progressé, « et cela va continuer », a-t-il confié cette semaine à bloomberg.com.

 

Dans un communiqué, Barnes et Nobles avait précisé embaucher son nouveau PDG en partie pour son expérience « diversifiée », en particulier chez Sony et Toys R'us. Pour la compagnie, dont les ventes ont diminué de 12 % cette année, ces produits vont participer à une diversification de leur offre qui devrait leur permettre de limiter la concurrence d’Amazon. 

 

Alors qu’un large espace du magasin d’Union Square est désormais réservé aux jouets, qui sont classés par âge, l’analyste John Tinker précise : « On attend de ce type d’objets qu’il attirent les enfants, qui traîneront ensuite leurs parents dans la boutique (...) On est dans le commerce du divertissement, alors il faut divertir. Si vous achetez sur Amazon, ils vous ont perdu ».

 

Alors que Barnes et Nobles a longtemps été connu pour ses rencontres d’auteurs, ils organisent désormais des journées livres de coloriage ou des week-ends imprimante 3D. 

 

La compagnie entend également se spécialiser dans la vente de produits exclusifs ou rares, comme les kits du dessin animé Gundam. Pour attirer les jeunes adultes, ils ont également doublé leur sélection de manga et élargi leur choix de romans graphiques, ou ajouté des vinyles, espérant rentabiliser la vague vintage.

 

Barnes et Nobles sort de quatre années de perte alors que Huseby avait investi dans leurs liseuses « Nook », fonctionnant sous Android. Cet investissement avait représenté un gouffre financier pour la compagnie, qui avait alors perdu 34,9 millions de dollars.