Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les lecteurs aiment le numérique et le format poche

Clément Solym - 02.08.2013

Edition - Société - usages - consommation - livre


Une enquête publiée par les éditeurs américains montre que le livre numérique a apporté une véritable bouffée d'oxygène dans le monde du livre, sur l'année 2012. Mais les lecteurs n'achèteraient pas tant que ça - et les ventes d'imprimés affichent un électroencéphalogramme plat... 

 

 

 reading

LeahLikesLemon, CC BY 2.0

 

 

Au cours de l'année passée, Fifity Shades of Grey a largement monopolisé le classement des meilleures ventes, et la fiction a amplement profité de cette manne, avec une croissance de 42 %. Or, une enquête menée par E-book Formatting Fairies, durant le mois de juin, auprès de 2951 personnes apporte quelques compléments d'information sur l'état de l'art.

 

Parmi les choses les plus remarquables, les lecteurs sont massivement attirés par les livres numériques, contre le paperback - 77 % contre 52 %. Mais l'on notera que le format poche n'est pour autant pas délaissé : finalement, il semble bien que la question tarifaire soit centrale, puisque le poche est ce format à petit prix, qui intervient lorsque le grand format a fini son existence.

 

Près de 80 % des répondants achètent sur Amazon, et Barnes & Noble s'en tire avec 23 %. L'iBookstore atteint 13 % de parts de marché. Par ailleurs, 58 % des gens sollicités ne se sont pas rendus dans une librairie l'année passée, contre 25 % qui s'y rendent une fois par mois, et 20 % deux fois ou plus. Dans les genres littéraires favoris, la romance est largement plébiscitée, à 81 % contre 5 % pour ce qui est mystère. 

 

Enfin, les lecteurs se fichent éperdument de savoir qui produit ce qu'ils achètent : 64 % ne prêtent aucune attention à l'éditeur qui publie le livre, contre 33 % qui y accordent un peu d'intérêt et seuls 4 % y sont vigilants. En outre, 85 % des lecteurs sont susceptibles d'acheter un livre autoédité s'ils connaissent l'auteur, et pour prendre leurs renseignements, Facebook est le premier outil, pour 18 %, suivi des sites de vente à 17 % et du réseau social du livre Goodreads à 13 %. En outre, 53 % des lecteurs sont « un peu » influencés par les commentaires laissés sur les sites. 

 

En conclusion de toutes ces données, on retrouvera également cet élément intéressant : les lecteurs s'attendent à payer 4,99 $ pour un roman de 80.000 mots et plus, ou entre 99 cents et 1,99 $ pour un livre qui ferait 25.000 mots. Si la méfiance vis-à-vis de l'édition indépendante est toujours présente, les lecteurs sont malgré tout disposés à investir dans des livres autoédités. 

 

Le plus intéressant reste que le format poche est encore très populaire : plus de la moitié des lecteurs cherchent les livres dans ce format, sans se préoccuper du nom de l'éditeur. Avis, avis, l'impression à la demande est probablement une piste qu'il faudra suivre avec plus de vigilance encore.