Les lecteurs faborables à une hausse du prix des ebooks

Julien Helmlinger - 31.10.2013

Edition - International - Statistiques - Book Industry Study Group - Livre numérique


Le Book Industry Study Group vient de publier les résultats d'une récente enquête s'intéressant à la consommation de livres numériques. Intitulée Report Two of Consumer Attitudes Toward E-Book Reading, Volume 4, elle indique que la communauté des lecteurs témoignerait de son fort intérêt pour un éventuel regroupement de titres imprimés avec leur pendant électronique (offre bundle). Les consommateurs seraient en outre prêts à payer plus chers leurs ebooks s'ils étaient en mesure de les revendre comme bien d'occasion ou d'en faire cadeau.

 

 

 

 

Selon l'enquête du BISG, bien que l'achat de livres numériques affiche toujours une croissance du côté des consommateurs américains, celle-ci aurait ralenti aux États-Unis pour se stabiliser aux environs de 30 % des ventes effectuées sur le marché du livre tous formats compris. Les modes de consommation en arriveraient à leur maturation outre-Atlantique.

 

Au rang des tendances relevées, les répondants seraient 48 % à se déclarer prêts à payer plus chers leurs ebooks sous forme d'offres bundle, et plus de la moitié dans le cas ou leurs livres pouvaient être donnés ou revendus à un tiers. Leurs décisions d'achats ne seraient pas influencées par le fait de savoir si une publication est le fruit d'une maison d'édition traditionnelle ou bien de l'autoédition.

 

D'après l'observation du panel de répondants sur quatre années, le livre physique resterait un format populaire pour de nombreux consommateurs même si la sphère touchée par l'ebook dépasse très largement le cadre des premiers usagers.

 

Selon Jo Henry, directeur de Nielsen Book Research, « le livre numérique est aux derniers stades de la courbe d'innovation et s'est installé parmi les habitudes de consommation raisonnablement prévisibles. La probabilité d'une croissance future, dépendra en partie de l'amélioration de la perception de la valeur des livres électroniques par les usagers les moins engagés ».

 

Cette étude de la consommation de livres numériques, lancée en 2008, en arrive à sa dernière année. Pour davantage d'informations, sur la période 2008 à 2013, se référer à la plateforme BookStats, co-impulsée par le BISG et l'American Association of Publishers.

 

L'étude mérite d'autant plus d'intérêt qu'elle semblerait alors contredire les accusations portées contre Apple, société mise en cause par le ministère de la Justice américain. En arrivant sur le marché, la firme avait mis en place un contrat d'agence avec les éditeurs, provoquant une hausse du prix de vente des livres numériques - et la colère d'Amazon.

 

Condamnée pour entente et pour avoir gonflé artificiellement le prix de vente des livres, elle avait été blamée dans l'esprit du public pour ce dernier point. « Amazon apparaît comme le gagnant de l'ensemble des activités liées à la tarification des livres numériques. La société semble être libre de fixer les prix comme elle l'entend, ce qui, selon les critères d'Amazon, est la politique agressive pour gagner des parts de marché », analysait alors un avocat.