Les lectrices de romance, un monde à privilégier pour les éditeurs

Nicolas Gary - 11.09.2014

Edition - Société - J'ai lu - collection femmes - livres lecture


Des histoires, tristes, belles, sentimentales dans tous les cas : tout le catalogue J'ai lu a été centralisé sur un espace propre, et estampillé J'ai lu pour elle. Autrement dit, ne pas confondre Faire la lecture à sa conjointe, et Elle aime lire de la romance. Ouvert en septembre, le site dispose de l'intégralité des titres des collections sentimentales, et se destine à celles qui seraient frustrées, du manque de disponibilité de leur genre favori.

 

 

 

À l'initiative du groupe Madrigall, la holding qui détient l'ensemble du groupe Gallimard et éditeurs associés (incluant Flammarion, évidemment), J'ai lu pour elle est également propulsé dans l'environnement numérique, puisqu'il propose des accès aux livres numériques. Via une interface API opérée par De Marque, une solution de commercialisation directe est installée sur le site. 

 

Elle permettra d'acheter par défaut les livres papier, et quand il est disponible, le format numérique. « Cette solution simple et efficace facilite ainsi les transactions et les téléchargements de livres numériques pour les lecteurs de ce marché de niche », affirme le groupe De Marque. 

 

Selon l'éditeur, plus de la moitié du catalogue sentimental de J'ai lu est proposé en papier et numérique, mais le site revendique une approche plus large. Au-delà du simple site marchand, l'espace s'appuie sur « une véritable communauté autour de la romance ». 

 

Au menu, et par le détail : 

˜11 collections
˜838 titres disponibles dont plus de 400 également disponibles en numérique

˜Plus de 200 auteurs, ˜200 nouveaux titres accessibles chaque année

˜40 pays : commercialisation des livres numériques au-delà des frontières nationales

˜J+0 : la pré-commande permet la livraison à domicile dès le premier jour de mise en vente

 

Pour l'approche communautaire, les lectrices pourront publier leurs avis sur les livres, et une vingtaine de blogueuses sera mise en avant, pour donner justement son avis. Bien entendu, un Club J'ai lu pour elle est sur les rails, avec des relations privilégiées, qui restent à créer entre les auteur(e)s et les lectrices. 

 

Le site disposera également d'interviews à retrouver en vidéos, ainsi que de portraits d'auteur(e)s. Une fois par an, les lectrices les plus motivées seront invitées à rencontrer celles et ceux qui œuvrent à l'écriture des livres. Enfin, cerise sur le pompon, des titres exclusivement proposés en format numérique seront mis en avant sur le site. 

 

 

 

De quoi assurer : « Les plus belles romances sont chez J'ai lu pour elle. »

 

Pour parvenir à ce résultat, précise Florent Souillot, responsable numérique de Flammarion, les droits ebook pour de nombreux auteurs ont été acquis, afin de proposer un maximum de choix numérique. « À ce titre, l'intégration du projet dans nos outils de distribution (papier et numérique), nous permettra de suivre avec précision les effets de notre politique d'animation et de webmarketing autour de ce catalogue et de sa communauté de lecteurs. »

 

L'idée d'un club est une solution intéressante... qui n'ira pas sans rappeler ce que fait Bragelonne, à travers son label Milady Romance, depuis plus d'un an maintenant. À l'occasion d'une rencontre entre les lectrices et la maison, nous avions pu questionner les membres très choisies du Ladies Club. Un club de blogueuses profitant d'avantages tout au long de l'année, avec un traitement de faveur : deux mois avant la sortie des livres, la version numérique (PDF) est envoyée, et si l'ouvrage est chroniqué, la version papier sera offerte. Un comité de lecture est créé pour permettre de discuter avec l'éditrice et pouvoir donner son avis sur les titres. Et puis, luxe, une invitation 5 à 6 fois par an, pour une conférence de presse dédiée. Le tout sera articulé autour d'un site internet, à venir, qui se présente comme un point de convergence pour toutes les intéressées — et les intéressés...

 

J'ai Lu pour elle débute dans cette grande cour, où Milady Romance a clairement su prendre une nette avance, dans les relations avec les lectrices. Mais plus certainement encore que des sites mal identifiés et reposant sur une approche communautaire, une concentration sur un genre si spécifique est porteur. Les intentions ne manquent en tout cas pas de bonne volonté : « Nous avons souhaité sur jailupourelle.com créer une expérience unique entre nous, éditeur, et vous, lectrices et lecteurs passionné(e)s. Nous mettons un point d'honneur à toujours vous satisfaire et à vous offrir le meilleur de la romance. »

 

Tout en gardant à l'esprit qu'aucun réseau social du livre, initié en France ou à l'étranger, par une maison d'édition, n'a réussi à conquérir les lecteurs...