Les lectures estivales des Parlementaires européens

Cécile Mazin - 24.07.2013

Edition - International - Parlement européen - lectures - vacances


Après les recommandations livrées par Bill Gates, le tour d'horizon des lectures que les Français emportent avec eux en vacances, voici que le Parlement européen tient à présenter ce que les chefs des groupes politiques vont bouquiner cet été. Un inventaire, à la Prévert, aussi varié que divers. Et il y en a réellement pour tous les goûts, précise le communiqué - et surtout dans toutes les langues, avec de l'économie, de la finance, de l'histoire, et un peu de divertissement malgré tout. 

 

 

Bruxelles, le parlement européen

Le Parlement européen, durant les vacances

tiseb, CC BY 2.0

 

 

Le Président du Parlement européen Martin Schulz a choisi un livre qui a rencontré un grand succès en Allemagne et raconte comment était l'Europe en 1913 : Der Sommer des Jahrhunderts, écrit par Florent Illies. Martin Schulz explique avoir été surpris par le niveau de coopération transfrontalière et entre différentes personnalités dans les domaines scientifique, culturel, politique, artistique et sportif. «C'était plus ou moins comme aujourd'hui. Personne ne pouvait imaginer ce qui allait se passer l'année suivante», explique-t-il.

 

Selon Martin Schulz, ce livre est un rappel de la richesse de la culture européenne, où la coopération, l'ouverture et la tolérance l'emportent. Il est cependant aussi un rappel de la fragilité de l'état de grâce, et de comment nous devons consacrer tous nos efforts à le défendre et le promouvoir, notamment par nos institutions communes qui n'existaient pas à l'époque.

 

De la ferme à l'économie

 

Joseph Daul, Président du groupe du Parti Populaire Européen (PPE), compte profiter de l'été pour « rentrer en Alsace et pour travailler à la ferme familiale ». Un moment que le député français trouve important, ayant besoin d'être sur le terrain, proche de sa terre et de ses animaux.

 

«Revenir à la ferme me permet aussi de rencontrer de nouvelles personnes, d'être au courant des affaires de la commune et surtout de rester proche des préoccupations des gens », ajoute-t-il avant de conclure: « Toutefois, si le temps me le permettait, j'aimerais vraiment lire le livre de Joseph Stiglitz, La Grande Désillusion».

 

Les voyages

 

Le Président du groupe des socialistes et démocrates (S&D), Hannes Swoboda, prévoit de lire L'équation africaine, de Yasemine Khadra. Ce nom est le pseudonyme de Mohammed Moulesseho, un auteur qui donne au lecteur des aperçus plus profonds des différentes cultures, à travers des descriptions détaillées des différentes sociétés, principalement arabes et africaines. «J'aime combiner la lecture à propos d'autres pays et les voyages, afin d'acquérir une connaissance plus approfondie de la vie ailleurs. Le livre de Yasemine Khadra est parfait pour cela », a ajouté le député autrichien.

 

Un livre oublié

 

Guy Verhofstadt, le Président des démocrates et libéraux (ADLE), recommande Stoner de John Williams. «C'est un livre ancien, publié en 1965, qui a été réédité et est enfin en voie d'obtenir le succès qu'il mérite si bien », explique le député belge. «L'histoire et le protagoniste semblent ordinaires, mais le livre n'en est que plus beau », ajoute-t-il.

 

L'optimisme

 

Le député britannique Martin Callanan, également Président du groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE), compte lire durant ses vacances The Rational Optimist de Matt Ridley. « Ce livre examine comment chaque génération a bénéficié de conditions de vie meilleures que la précédente, et que nous continuons pourtant à penser que l'avenir sera désastreux », explique-t-il. « Le livre de Ridley approche la vie et ses événements de façon optimiste en disant que le progrès humain et le changement sont la clé pour surmonter tous les défis », ajoute-t-il.

 

La critique sociale

 

Gabriele Zimmer, députée allemande et Présidente de la gauche unitaire (GUE/GV), a «une pile de livres » à lire cet été. Parmi ceux-ci se trouve Weiskerns Nachlass de Christoph Hein. Gabriele Zimmer explique que le livre raconte l'histoire d'un maître de conférences dans un institut culturel à Leipzig, en Allemagne. C'est un membre prototypique de la précarité universitaire qui manque de tout espoir pour l'avenir. Il ne peut garder ses propres normes de l'enseignement universitaire, ni obtenir un financement extérieur ou des possibilités de publication. «J'aime l'auteur, qui a été l'un des auteurs les plus socialement critiques de l'ancienne RDA et est toujours resté fidèle à ses propres normes. Dans Weiskerns Nachlass, l'auteur aborde les problèmes actuels tels que la fraude, la précarité académique, l'austérité dans les universités et l'équité fiscale tout en tenant un miroir à la société », explique-t-elle.

 

Du divertissement

 

Le député italien Francesco Enrico Speroni, co-Président du groupe Europe libertés démocrates (ELD), conseille tous les livres de Piero Chiara. «Si je devais en choisir un, ce serait Le Prêteur de Cuvio. Pourquoi ? Car c'est un livre facile et divertissant, parfait pour l'été », explique-t-il.