Les législatives de Guadeloupe valaient bien 5000 € de livres

Cécile Mazin - 22.02.2013

Edition - Economie - Marie-Luce Penchard - Gawsewitch - Outre-Mer


Quand un politique manque la marche d'une élection, les solutions pour redresser la barre ne sont pas toujours très nombreuses. Ce que l'on sait moins, c'est que l'une d'elles passe par la réalisation d'un livre, qui redorera le blason de ladite personnalité politique. Cette femme politique UMP a occupé le poste de ministre auprès du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des collectivités territoriales et de l'Immigration, chargée de l'Outre-mer du 3e gouvernement Fillon, entre le 14 novembre 2010 et le 10 mai 2012.

 

 

 

 

Effectivement, les élections législatives de Guadeloupe se sont mal passées pour l'intéressée, rappelle le Canard enchaîné. Nos confrères expliquent en effet que, pour préparer l'élection et se donner un peu plus de présence, Marie-Luce Penchard a décidé de sortir un livre, aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. L'ouvrage, Outre-Mer, terres d'avenir, a été tiré à 1500 exemplaires, nous confirme la maison.

 

Le livre est sorti le 5 juin 2012, mais les informations du Canard vont un peu plus loin. En effet, le ministère dans lequel travaillait Marie-Luce a généreusement acheté 500 exemplaires du livre. Non pas la moitié du tirage comme l'affirme le Canard, mais un tiers. Le volatile assure également que l'addition, pour l'État, n'est que de 5000 €. Pourtant, le livre est vendu à 14,50 € - pour acheter 500 exemplaires, cela reviendrait à 10 € pièce et une remise concédée à l'Etat d'un petit tiers. 

 

Pourtant, si la maison Gawsewitch assure que le livre est disponible en librairie, d'une part, elle refuse de livrer le nombre de ventes. D'autre part, une recherche sur le net montre assez rapidement que le référencement dans les cyberboutiques tendrait presque à faire croire qu'il s'agit d'un livre fantôme. « C'est une erreur de référencement, parce que le livre est bien vendu dans les librairies, et il devrait pouvoir se trouver sur les sites des vendeurs en ligne. » 

 

Reste que l'État a donc mis la main à la poche pour assurer la promotion du livre, écrit avec Éric Bassi, journaliste à l'AFP. « Cela peut se faire, qu'un politique achète un ouvrage à l'éditeur, ou passe une commande de ce type à un éditeur. Concernant les éditions Gawsewitch, c'est la seconde commande qui nous a été faite. »

 

De son côté, l'auteure a promis au Canard qu'elle avait « renoncé à tout droit (sic) d'auteur ». À quel profit, c'est une autre question.

 

Dans un même ordre d'idée, Barack Obama avait décidé de dépenser 70.000 $ pour acheter des versions de son livre Dreams from my father. Ainsi, l'ambassade américaine en Égypte avait dépensé 28.000 $ pour se le procurer et quelques dollars, pour des achats de ce livre, en août 2009. Et six semaines plus tôt, ce fut une autre commande pour 9000 $ de livres, qui eut lieu. Même topo à Jakarta, en Indonésie, toujours pour l'ambassade étasunienne, qui a acheté pour plus de 3800 $ du livre Audacity of Hope.

 

Une toute autre approche de la communication politique.

 

Voici pour l'occasion, une vidéo promotionnelle réalisée en octobre, avec Marie-Luce Penchard