medias

Les libraires indépendants britanniques appellent au secours

Clément Solym - 01.02.2012

Edition - Librairies - librairie - Angleterre - loyers


Représentés par The Booksellers Association, près de 3500 libraires indépendants du Royaume-Uni ont fait entendre un véritable cri de la rue en avertissant quelques 390 maires : sans aide, les librairies vont inévitablement fermer les unes après les autres.

 

Dans une lettre envoyée le 27 janvier dernier, les libraires réclament des mesures essentiellement locales comme la création de places de stationnement gratuites à proximité des librairies ou l'allégement de processus administratifs jugés trop complexes.

 

Mais la guerre est bien déclarée entre les libraires indépendants et les fameux charity shops, des structures caritatives permettant d'acheter à moindre coût des vêtements - ou des livres, en l'occurrence - dont une partie du prix de vente revient à un organisme humanitaire.

 

 

Près de 8000 charity shops vendraient des livres d'occasion sans qu'aucune taxe ne soit appliquée : une concurrence déloyale d'après les libraires indépendants. La missive appelle ainsi à « une réduction de la taxe professionnelle (qui) aiderait fortement les libraires à faire disparaître les disparités entre les prix en magasins et les prix sur Internet ».

 

Tim Godfray, le directeur de The Bookseller Association a souligné que « les autorités locales ont un rôle majeur à jouer » pour éviter aux librairies le spectre de la fermeture. Selon lui, elles sont un élément indispensable à la singularité des centres-villes britanniques, évitant le phénomène des « villes-clones ».

 

Il regrette par ailleurs que sur dix enfants britanniques, trois vivent dans un ménage sans un seul livre.