Les libraires indépendants britanniques payent leurs taxes

Clément Solym - 20.11.2012

Edition - Librairies


Ce 12 novembre l'ogre Amazon se retrouvait accusé par le Comité des comptes publics du Royaume-Uni, de nuire, par ses stratégies d'évasion fiscale, à la compétitivité ainsi qu'aux affaires des libraires britanniques. Et voilà que les boutiques indépendantes locales, comme un pied de nez adressé à leur grand rival, exhibent désormais sur leurs vitrines des affiches avec la mention « We pay our taxes ».

 

 

 

 

C'est le collectif The Bookseller Association qui est à l'origine de ces créations, rouge écarlate, destinées à l'usage de leurs membres indépendants. Le message : un appel au boycottage des tire-au-flanc de la contribution fiscale, au bénéfice des boutiques locales.

 

La démarche de communication s'inscrit dans le cadre de la campagne Keep Bookshops on the High Street, de la Bookseller Association.

 

La prestation d'Andrew Cecil face aux parlementaires, se limitait à éluder toute question épineuse tandis qu'il comparaissait au même titre que les représentants de Google et Starbucks également dans le collimateur du Fisc. Une stratégie de communication d'Amazon qui n'aura réussi qu'à provoquer la colère des politiques comme celle de la communauté des libraires.

 

Frances Smith, de Kenilworth Books, a notamment dénoncé : « Peut-être qu'avec le déclin des librairies ayant pignon sur rue, les autorités locales devraient regarder leurs structures d'évaluations et réduire le montant de la taxation des petites entreprises et le gouvernement devrait sérieusement examiner les façons de rajeunir le secteur. »