Les librairies canadiennes Indigo commencent bien l'année

Antoine Oury - 11.08.2014

Edition - Librairies - librairie Indigo - résultats en hausse - bénéfices semestre 2014


Réjouissances du côté de la chaîne de librairies américaine Indigo : pour la première fois depuis 2010, les résultats financiers de la firme sont en hausse, malgré un nombre réduit de best-sellers pour ce début d'année. Les revenus pour le premier trimestre 2014 sont en hausse de 5,4 %, par rapport à la même période, l'année dernière. 

 

Vintage Rising Home Prices

(Chris Potter, CC BY 2.0)

 

 

 La chaîne de librairies Indigo tient le haut du classement des plus grandes structures culturelles du Canada, avec 92 « supermagasins » Chapters & Indigo et 131 boutiques affiliées, de taille plus réduite, qui vendent des livres, cadeaux, jouets et articles de papeterie. Malgré la fermeture de 5 « supermagasins » et de deux boutiques, la chaîne a vu une hausse substantielle de ses bénéfices.

 

129,7 millions $ canadiens, contre 122,7 millions $ pour la même période en 2013 : on n'avait pas vu ça depuis 2010, parmi les équipes d'Indigo. Le plus savoureux, c'est que cette hausse des bénéfices ne serait pas la conséquence d'une débauche de best-sellers : « Au premier trimestre de l'année dernière, nous avions quelques succès avec le Inferno de Dan Brown ou Ainsi résonne l'écho infini des montagnes de Khaled Hosseini », explique Laura Carr, responsable financière d'Indigo.

 

Certes, l'adaptation cinéma de Nos étoiles contraires aura apporté un petit souffle dans les ventes, mais l'élan provient visiblement de meilleures ventes dans les établissements, sans ouvrage particulier. Les ventes en boutique ont augmenté de 8,3 % dans les « supermagasins », et de 1,9 % dans les boutiques de taille plus modeste. 

 

Les ventes en ligne, elles, ont bondi de 14 %, soit 2,5 millions $ canadiens supplémentaires, pour représenter 20,3 % des recettes. Les ventes de livres ont toutefois baissé chez Indigo : le livre papier représente 68,1 % des revenus (contre 71,5 % pour le premier trimestre 2013), et l'ebook 2,2 %, contre 3,8 % l'année précédente.

 

(via indigo)