Hong Kong : la censure chinoise de plus en plus menaçante

Clémence Chouvelon - 20.05.2015

Edition - Hong Kong - livres - Censure


En apparence, Hong Kong n'est pas touché par la censure qui s'opère en Chine : internet est libre, un panel varié de journaux sont disponibles, les actualités télévisées couvrent les manifestations et personne n'a besoin de permission pour imprimer de livres. En réalité, c'est une censure incidieuse qui touchent l'industrie du livre et les médias hongkongais, qui sont victimes d'une censure chinoise de plus en plus pesante. 

 

 

(Self) Censored

(Carolyn Tiry CC BY-SA 2.0)

 

 

Les librairies et médias s'autocensurent et donnent de moins en moins de visibilité à des sujets jugés sensibles par la Chine. Il existait, jusqu'à récemment dans les magasins, des « jinshu books table », des étales spécialement dédiées aux livres interdits par le gouvernement, et placés dans l'arrière-boutique des librairies, principalement des livres traitant de scandales politiques, économiques ou sexuels.  

 

Mais avec le renforcement des directives sous le gouvernement du président chinois Xi Jinping, ces ventes considérées comme illicites ont disparu. « Les choses ont radicalement changé en deux ans. Ce qui était toléré avant ne l'est plus, en Chine, mais aussi à Hong Kong ». explique Wong Sheung Wai, de la librairie Greenfield Bookstore.

 

Le livre Prisoner of the State : The Secret Journal of Premier Zhao Ziyang, par exemple, qui dévoile notamment la décision d'ouvrir le feu sur des manifestants non armés en 1989 et qui s'est particulièrement bien vendu, à près de 150.000 exemplaires, n'est plus disponible désormais à Hong Kong. De même qu'un ensemble d'ouvrages prodémocrates.

 

Et les trois plus grandes chaînes de librairies locales (Joint Publishing, Commercial Publishing  et Chung Hwa Books), et plusieurs médias comme les journaux Ta Kung Pao et Wen Hui Pao sont placés sous le contrôle du Bureau de Liaison de Pékin.  

 

 Un phénomène de « mainlandization » (l'influence de la Chine sur Hong Kong) qui inquiète, et a entre autres provoqué la Révolution des parapluies (utilisés pour résister aux projections de gaz lacrymogènes et devenus véritables symboles), un mouvement s'opposant au gouvernement chinois. 

 

« Si vous me demandez quel est le plus gros problème que rencontre Hong Kong aujourd'hui », a déclaré Alex Chow, représentant d'un groupe étudiant de manifestants l'année passée, « c'est le Bureau de liaison et leur implication croissante dans les affaires de Hong Kong ».

 

(via The Guardian




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.