Les librairies hongroises Alexandra ferment leur portes

Elodie Pinguet - 22.03.2017

Edition - Librairies - Alexandra Hongrie - librairie grande enseigne - fermeture librairies


L’enseigne hongroise Alexandra est dans l’impasse et ferme ses librairies les unes après les autres depuis quelques semaines. Si l'avenir d'une vingtaine de boutiques est encore incertain, les autres ont trouvé des repreneurs.

 

Drapeau hongrois (A. Tag, CC BY NC 2.0)

 

 

La société franchisée Rainbow Üzletlánc Kft, propriété de PD Consulting, gérait 56 librairies Alexandra en Hongrie. Suite à un manque de moyens financier, ils ont annoncé en janvier dernier ne plus pouvoir faire fonctionner les librairies de l’enseigne. Ils étaient alors à la recherche d’un repreneur pour leurs boutiques.

 

Depuis, plusieurs magasins ont fermé leurs portes, notamment à Budapest, comme celui du centre commercial Corvin ou sur Károly körút. Rainbow a annoncé que sur ses 56 librairies, vingt-quatre ont été reprises par Janikovszky és Kolosi Kft., un regroupement des maisons d’édition, Líra Könyv Zrt. et Móra Kiadó Zrt. Quatre autres sont entre les mains de sociétés du fondateur d’Alexandra, Dezső Matyi. La moitié des 362 salariés devrait rester dans la maison et être rembauchés par les nouveaux propriétaires.

 

Selon Dezső Matyi, le fondateur de la chaîne, très énervé, l’objectif de PD Consulting « n’était pas de se battre pour le réseau Alexandra ni pour ses salariés ou encore ses 20-25 % de surface de vente, mais de s’en servir pour faire disparaître ses transactions illégales ».

 

Ces fermetures devraient profiter à Libri, le géant allemand de la distribution, dont Alexandra est le plus gros concurrent en Hongrie. Du côté des petits libraires indépendants, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle puisque « le lecteur qui achète à Alexandra n’est pas le même que celui qui vient dans une petite librairie où le calme règne ». 

 

De plus, un problème d’affluence est à envisager : « les clients vont se tourner vers les autres librairies et cela risque d’engendrer la sur-fréquentation des librairies plus petites qui souffriront d’un manque d’espace et de personnel. »

 

Apparemment, d’après l’Union hongroise des éditeurs et libraires, depuis quelques années, la branche distribution d’Alexandra aurait accumulé près de 10 millions d’euros de dettes. Plusieurs éditeurs ont ainsi rappelé leurs livres du réseau Alexandra.

 

Via Hulala