Les librairies indépendantes canadiennes en pleine reprise

Camille Cornu - 15.01.2016

Edition - Librairies - Canada - librairies indépendantes


Les librairies indépendantes canadiennes sortent d'une excellente année 2015. Plusieurs librairies ont même vu leur chiffre d'affaires doubler pendant l'année. Cela pourrait être la conséquence d'un mouvement d'incitation à acheter local, qui aurait particulièrement bénéficié aux librairies indépendantes. 

 

brewbooks, CC BY-SA 2.0

 

 

Plusieurs libraires indépendants canadiens ont témoigné à Publishers Weekly. La chaîne Black Bond Books possède 11 librairies en Colombie-Britannique. Sa présidente, Cathy Jesson, rapporte que ses ventes ont augmenté de 15 % durant le dernier quart de 2015. Ses ventes ont été particulièrement boostées par le lauréat du Giller Prize, Fifteen Dogs, de André Alexis. Mais également par les livres à colorier pour adultes. 

 

À la librairie Munro’s Books de Victoria, on ajoute à ces deux grosses sources de ventes les titres de All the Light We Cannot See de Anthony Doerr ou The Girl on the Train de Paula Hawkins. La librairie a connu une augmentation de ses ventes de l'ordre de 3 à 4 %. Son copropriétaire, Ian Cochran, y voit les conséquences d'une meilleure prise en compte des librairies indépendantes par les éditeurs : 

 

« Nous sortons d'une période où les éditeurs ne semblaient pas vraiment se préoccuper de nous, parce qu'ils avaient leurs autres sources — Ils avaient Chapters-Indigo, Amazon et Costco — et c'est là qu'ils mettaient leur énergie. Mais je pense qu'ils ont réalisé que beaucoup de titres n'étaient pas adaptés à ces canaux de vente, et que les librairies indépendantes étaient les seuls endroits pour les vendre. »

 

À Toronto, les librairies Type Books et Another Story confient également avoir vu leurs ventes augmenter de 20 % depuis 2014. Cela est dû en grande partie à ce qu'elles sont devenues les vendeuses officielles de plusieurs écoles locales.

 

Cette tendance s'accompagne d'un ralentissement de la croissance des livres numériques au Canada, qui continue sa hausse, mais de façon plus discrète. Des libraires notent également que les touristes américains, attirés par le plus faible dollar canadien, viennent s'approvisionner en livres au Canada.

 

De plus, un mouvement d'incitation à acheter local, « buy local », aurait pu bénéficier aux librairies indépendantes. Comme l'expliquait le National Deseret News, une petite librairie indépendante sera plus facilement identifiée comme pouvant servir l'économie locale qu'une chaîne nationale plus importante. On attend également plus facilement d'un petit commerce qu'il soit capable de s'adapter aux besoins de la communauté. Les mouvements « buy local » auraient ainsi largement contribué au succès des librairies indépendantes. 

 

En Allemagne également, un mouvement « buy local » avait bénéficié aux librairies. Quant aux  libraires indépendants français, ils ont eux aussi connu une bonne année 2015