Les librairies taïwanaises Eslite visent la Chine continentale

Julien Helmlinger - 02.05.2013

Edition - Librairies - Eslite - Taïwan - Chine


Pendant que l'on s'inquiète du sort des libraires du monde entier, l'enseigne taïwanaise Eslite entend se développer et s'attaquer davantage au marché chinois, grand consommateur de format papier, avec une stratégie d'expansion agressive. Neuf mois après l'ouverture d'un magasin exporté à Hong Kong, la gestation du projet semble toucher à sa fin et le libraire prévoit de mettre pied sur le continent. La clé revendiquée du succès de la firme : un modèle flexible, en mesure de se moduler en fonction des spécificités locales.

 

 

 La boutique récemment installée à Hong Kong

 

 

Comme le présente la directrice d'exploitation, Catherine Wang, « nous sommes une librairie de la chaîne, mais nous nous adaptons à chaque situation ». C'est bien de flexibilité de caractère dont il est question, et pas seulement en terme de choix de titres, mais aussi de diversification d'activités. 

 

Car depuis la fondation d'Eslite en 1989, par l'homme d'affaires Robert Wu, la chaîne a donné le ton en proposant des environnements conviviaux, qui comportent non seulement la librairie, mais encore des galeries d'art, restaurants, les centres commerciaux...

 

Et à l'occasion de l'ouverture du prochain magasin, d'ici septembre à Taipei, au sein du Songshan Cultural Creative Park, s'ajoutera un hôtel à cette longue liste. Une chaîne de libraires qui englobe des Cafres à louer, il s'agit sans doute d'une première mondiale. Reste à savoir si l'on pourra commander le dernier best-seller directement depuis sa couette.

 

Le premier ancrage continental de l'enseigne ouvrira ses portes en 2014, à Suzhou, à une petite heure à peine de Shanghai. Et la firme a déjà repéré d'autres lieux où elle désirerait implanter sa chaîne, mais il lui reste à finaliser les termes de ses contrats.

 

Et selon les diverses localités d'implantation, les aspirations des clientèles ne sont pas égales. Ainsi, à Xinyi, le commerce de livres représente 30 % de l'activité d'Eslite, tandis que les 70 % restants concernent d'autres marchandises vendues au détail. À Hong Kong, la répartition est de 75 % pour les livres, et 25 % pour les autres produits. 

 

Selon Catherine Wang, la mise en pratique d'une telle stratégie flexible, de commerce de détail presque à la carte, n'est rendue possible que par la passion et le dynamisme du personnel.

 

Via Publishing Perspectives.