Les littératures de l'imaginaire veulent la reconnaissance du prix Goncourt

Clément Solym - 06.07.2017

Edition - Les maisons - littératures imaginaire romans - prix Goncourt imaginaire - prix littéraire France


On le sait, les éditeurs de l’imaginaire ont décidé de faire du mois d’octobre 2017 celui de l’imaginaire. Les œuvres que l’on regroupe parfois artificiellement sous les appellations science-fiction, fantasy ou fantastique, seront donc à l’honneur. Mais pas question de s’arrêter en si bon chemin.

 

The Quiet Earth scene
The Quiet Earth (le seul survivant (1986)) de Geoff Murphy
 

 

« La définition du prix Goncourt est à ce titre édifiante : “Le meilleur roman d’imagination dans son fond et dans sa forme.” Le premier roman qui l’a reçu fut, en 1903, un roman de science-fiction, Force ennemie de John-Antoine Nau. J’ai l’impression que le prix, depuis bien longtemps, ne répond plus à ses attentes initiales », rappelait le directeur éditorial de Bragelonne, Stephane Marsan, dans nos colonnes.

Dans un long entretien, ce dernier assurait en effet : « La France a un problème avec l’imaginaire. » [NB : les éditions Bragelonne ne sont pas (encore ?) signataires du texte qui suit]

 

Cette fois, sept éditeurs ont décidé de se retrousser les manches, et de revenir à cette essence même du prix Goncourt. ActuSF, Le Bélial', Critic, Au Diable Vauvert, Mnémos, Les Moutons Électriques et Le peuple de Mü ont choisi d’intéresser les membres de l’Académie à leurs œuvres.

 

Dans un message daté avec un clin d’œil narquois, « quelque part, le jeudi 6 juillet 2017 », les éditeurs expliquent leur démarche. 

 

Au cours du 20ème siècle et particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, les littératures de l’imaginaire se sont effacées, nationalement et petit à petit, des chroniques, critiques, voix, écrans et récompenses. Une séparation amiable, sans vagues, arrangeante.

Le genre, pourtant, a toujours été présent depuis les contes de Rabelais jusqu’à l’onirisme fantastique de Barjavel en passant par Cyrano de Bergerac et même John-Antoine Nau, première récompense du prix Goncourt en 1903 pour Force ennemie, un roman de science-fiction. D’autres romans dits de l’imaginaire ont d’ailleurs été récompensés par ce prix littéraire.

Aujourd’hui, il est temps pour nous de revenir.

Éditrices, éditeurs, signataires du présent communiqué, décidons cet été de faire connaître ou reconnaître les nouvelles plumes de l’imaginaire et de proposer à l’académie Goncourt les publications susceptibles de retenir l’attention de ses membres.

Nous sommes de retour.

 

Et voici comment cinq titres seront donc présentés aux jurés, avec l’espoir légitime d’être lus, écoutés, et pris en compte désormais. Ainsi, Bernard Pivot et ses coreligionnaires en récompenses littéraires pourront découvrir : 

 

ActuSF : La Fée, la pie et le printemps d’Élisabeth Ebory

Bélial : Le Temps de Palanquine de Thierry Di Rollo

Critic : Satinka de Sylvie Miller

Moutons électriques : Pierre-fendre de Brice Tarvel

Peuple de Mü : Petit Blanc de Nicolas Cartelet

 

Oui, il en manque deux. « Les éditions Au Diable Vauvert et Mnémos sont signataires du communiqué et soutiennent pleinement la démarche engagée. Elles auront le plaisir de soumettre leurs ouvrages dits de l’imaginaire aux membres du Jury Goncourt lors des prochaines années », expliquent les signataires.

Le prix Goncourt 2017 sera attribué ce 6 novembre – la première sélection des romans retenus étant présentée le 5 septembre.

 

Romain Lucazeau : « La science-fiction fait partie du quotidien »

 

Quant au mois de l'imaginaire, il se veut une grande fête dédiée aux littératures de l’Imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique. Annoncé lors du festival « Les Imaginales » à Épinal, ce temps fort se déroulera chaque année au mois d’octobre. 

mise à jour 6 /09 : 

La liste, très fade, des ouvrages retenus pour le prix Goncourt 2017 vient de tomber. Aucun titre de l'imaginaire ni des éditeurs évoqués dans ce communiqué n'a été retenu. Les jurés n'ont pas dû apprécier d'avoir un supplément de lectures inattendu...

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones. 

 

Octobre, mois de l'Imaginaire, la littérature de demain