Les livres de coloriage bientôt soumis à la TVA au Royaume-Uni ?

Orianne Vialo - 26.05.2016

Edition - International - livres coloriage TVA - livres coloriage britanniques - TVA Royaume-Uni livres coloriage


Les éditeurs et détaillants britanniques pourraient avoir à payer des millions de livres sterling en TVA non collectées au département fiscal du gouvernement (HMRC). La collecte de cette somme est en grande partie motivée par le succès rencontré par la vente des livres de coloriage l’année passée au Royaume-Uni. L’engouement quasi incontrôlé pour ces livres aux vertus « relaxantes » aurait permis la première hausse des ventes de livres en quatre ans, selon la Publishers Association. Surpris par la requête du HMRC, l’organisme chargé de représenter les éditeurs et détaillants y voit une façon pour le gouvernement de chercher à tout prix de récupérer de l’argent. 

 

(Domaine public)

 

 

Nielsen BookScan se charge de recueillir des statistiques concernant la vente au détail de livres dans plus de 35.000 librairies du monde entier. Tout cela dans le but de présenter un panorama plus ou moins complet de la taille du marché, de la part occupée par les différentes catégories de livres ou encore de présenter des informations de vente. 

 

En établissant une étude sur la vente de livres de coloriage, la société a réussi à déterminer que près de 3 millions de ces livres ont été vendus l’année dernière au Royaume-Uni. Le tout pour une valeur estimée à 20,3 millions £ contre seulement 1 million vendus en 2014. (via BBC)

 

Jusqu’à présent, les livres de coloriage pour adultes étaient exemptés de la TVA. Mais la donne pourrait bien changer. Her Majesty’s Revenue and Customs, plus couramment appelé HMRC — un département non ministériel du gouvernement du Royaume-Uni chargé de la collecte de taxes, du paiement de certains services fournis par l’État ainsi que les cotisations à la sécurité sociale britannique — demande à ce que la TVA soit appliquée sur cette catégorie de livres, et de manière rétrospective. 

 

À l’avenir, les livres de coloriage pour adultes pourraient être taxés au taux plein de 20 % de la TVA, car ils sont considérés comme des livres « inachevés » par le département fiscal britannique. L’organisme de la HMRC a confirmé à la BBC qu’ils envisageraient de parler aux éditeurs sur les règles relatives à la TVA appliquées sur les livres de coloriage pour adultes. Cependant, ils auraient d’ores et déjà réclamé des sommes d’argent aux éditeurs et détaillants, après que ces derniers aient fait leurs déclarations au fisc sur le détail de leurs ventes à l’année. 

 

Ce qui signifierait que les éditeurs s’acquitteraient d’ores et déjà d’une dette qu’ils n’avaient, pour le coup, pas vue venir. 

 

Des pourparlers en cours 

 

La Publisher Association et les éditeurs d’un côté et la HMRC de l’autre, sont donc en pourparler depuis quelques jours, pour tenter de résoudre le problème.  

 

Michael O’ Mara, président de la plus grande maison du même nom, éditrice de livres de coloriages pour adultes au Royaume-Uni a déclaré que « cette décision va à l’encontre de la législation. Nous et d’autres éditeurs et organisations, à l’instar de la Publisher Association, nous battons contre cette décision et nous espérons que HMRC reconnaîtra qu’elle a tord ». 

 

Laurence King, fondatrice de la maison d’édition Laurence King Publishing (LKP) a déclaré : « Je soutiens fermement la position de The Publisher Association, qui affirme que tous les livres de coloriage ne doivent pas être soumis à la TVA. Beaucoup de gens les achètent pour leur beauté, sans pour autant les colorier. Il semble illogique que des livres de mots croisés ou de Sudoku doivent être exonérés de la TVA [alors qu’il s’agit des livres de table de café, NdR], et que les livres de coloriage pour adultes le soient ». (via The Bookseller)

 

Le phénomène de livres de coloriages destinés aux adultes avait rencontré tellement de succès que même les producteurs de crayons de couleur peinaient à suivre la cadence. Les sociétés chargées de produire les crayons de couleur n’arrivaient pas à honorer les commandes dont le nombre avait subitement augmenté.