Les livres numériques font moins travailler la mémoire

Clément Solym - 12.08.2011

Edition - Société - carr - lecture - numérique


Nicholas Carr, journaliste pour The Kansas City Star nous met en garde contre les dangers de l’ebook sur la mémoire et l’apprentissage.

Selon le journaliste, les livres numériques ne permettent pas une aussi bonne mémorisation du texte que le feraient les livres papier.

Pour appuyer ses propos, Carr se réfère à plusieurs études qui démontrent que l’étudiant porterait moins d’attention au contenu numérique que papier, ou encore qu’il serait incapable d’adapter ses habitudes de lecture et de faire une utilisation optimale des textes numériques.

Trop compliqués

« Les ebooks sont beaucoup plus rigides que les livres papier. Actualiser une page sur un écran est un processus bien différent et beaucoup moins souple que de tourner des feuilles de papier. Nécessairement, un écran fonctionnant grâce à un logiciel ou un navigateur impose des conditions de lectures à l’utilisateur et ne permet pas certaines habitudes de lectures ou les entrave. » Nous explique Carr, ajoutant que si « la lecture était facile avec le papier, elle est devenue difficile avec le livre électronique et même ce faible de degré de difficulté supplémentaire devient vite frustrant pour le lecteur. »


Selon le journaliste, le livre numérique pourrait donc faire chuter le nombre de lecteurs réguliers du fait de sa complexité : « Tandis qu’un livre imprimé s’adapte facilement à tous ceux qui le tiennent, un ebook nécessite une adaptation de la part du lecteur. »

D’un certain point de vue Carr à raison, le lecteur s’adapte moins facilement au texte numérique, mais pour la simple raison que c’est le texte qui s’adapte au lecteur. Par exemple, aujourd’hui ce n’est plus le lecteur qui enfile des lunettes grossissantes pour lire, mais la police du texte numérique qui s’agrandit à volonté pour s’adapter à la vue du lecteur.

Source de distractions

Carr ajoute que la lecture numérique ne permet pas une concentration optimale, à cause des nombreux liens et intertextes, pourtant c’est là un avantage énorme du numérique sur le papier : la possibilité au moindre doute, d’aller vérifier un mot dans un dictionnaire en ligne, ou de cliquer sur un lien inséré à même le texte et qui propose de plus amples informations.

Enfin, on mentionnera que loin de faire reculer le nombre de lecteurs, la lecture numérique permet de toucher un plus large public et a convaincu déjà 12% des lecteurs réguliers aux États-Unis. (notre actualitté)