medias

Les livres politiques ont le vent en poupe

Clément Solym - 19.03.2008

Edition - Les maisons - livres - politiques - quick


Nous vous en parlions encore récemment au sujet du déchainement éditorial autour de l’affaire du trader fou. Aujourd’hui, l’édition française est touchée de plein fouet par le phénomène du livre rapide (les « quick books » chez les Anglo-saxons) sur un fait d’actualité ou un personnage en vue.

Les « quick books » politiques boostent les ventes :

2007 fut une année particulièrement faste pour les livres politiques. C’est le secteur qui a enregistré la plus forte progression dans le marché de l’édition en France. Tout du moins, c’est le point de vue du président du Syndicat national de l’édition (SNE), Serge Eyrolles.

Le chiffre d'affaires global devrait être en hausse de 3%. Ce chiffre a été livré au cours d’un point presse tenu lors du Salon du Livre. La production a augmenté, pour sa part, de 4 % l’an dernier.

Rapide tour d’horizon des secteurs porteurs dans l’édition :

Ces « quick books » publiés très rapidement à la suite d’un événement médiatique marquant font finalement concurrence à la presse d’investigation. On retrouve cela dans les livres consacré à Carla Bruni. Il est cependant à noter que ces livres sont très souvent eux-mêmes écrits par des journalistes…

On peut retenir aussi le secteur jeunesse qui, sous l’effet « Harry Potter », se porte très bien, comme celui de la BD qui s’inscrit en forte progression. Les beaux livres se vendent également plutôt bien. Après plusieurs années de recul, le livre est en train de redevenir un cadeau de choix.