Les maltraitances de ma mère m'ont conduite au suicide

Clément Solym - 25.11.2008

Edition - Justice - diffamation - mère - fille


Constance Briscoe, âgée de 51 ans, a été l'une des premières femmes noires à devenir juge au Royaume-Uni. Aujourd'hui, elle est poursuivie en diffamation par sa propre mère, 74 ans, qui conteste le portrait que l'on fait d'elle dans le livre publié en 2006, et vendu à 400.000 exemplaires dans le pays, intutlé Ugly.

Négligences, cruauté, sévices corporels - obligation de garder des draps dans lesquels Constance, enfant, avait uriné une nuit et d'y dormir la suivante... ainsi que de nombreuses cicatrices ou insultes, telles que Miss Pisse-au-lit, ou Sale petite pute : en clair, tout ce qu'une mère aimante peut dire à sa fille.

Mais le moment où Constance a particulièrement ému les jurés, c'est en expliquant qu'à l'adolescence, elle avait tenté de se suicider en avalant de l'eau de javel, après avoir fugué de chez elle, quand les services sociaux lui ont expliqué qu'ils ne pouvaient pas la placer dans un autre foyer.

« J'ai décidé que la meilleure façon de réagir à cela, était de boire un détergent, parce que ma mère passait son temps à me traiter de bactérie et j'ai pensais que si j'en buvais, alors ça irait. » Elle n'avait que 14 ans, et a finalement survécu ; peu après sa famille a déménagé la laissant elle et deux autres soeurs dans cette maison du sud de Londres.

À la question pourquoi avez-vous écrit ce livre, posée par son avocat, Constance n'hésite pas. Elle n'avait pas à passer sous silence ce que sa mère a fait. « J'avais une histoire à raconter et cette histoire est réellement ce que je suis », sans qui elle ne sera pas devenue celle qu'elle est...