Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les mauvaises appréciations des soeurs Brontë

Julien Helmlinger - 29.07.2014

Edition - International - Charlotte Brontë - Scolarité - Anecdote


Si vos professeurs vous ont tenu pour bon à rien lors de votre scolarité, ils ont pu se tromper. Ce serait possiblement le cas pour les soeurs Brontë, d'après un extrait d'une réimpression de The Journal of Education: A Monthly Record and Review, de janvier 1900. Du temps où elle suivirent leurs classes de primaire, au sein de la Clergy Daughters School, Lancashire, les filles n'eurent pas que de bonnes appréciations. Elle furent taxées d'écrire « indifféremment », ou encore de « ne rien connaître de la grammaire, de la géographie, de l'histoire, ou encore de la réussite ».

 

 

Clergy Daughters School 

 

 

Après que soit décédée son épouse, Patrick Brontë  envoya à ladite école ses quatre filles aînées Emily, Maria, Elizabeth et Charlotte. Parfois négligée au profit de ses soeurs les plus célèbres, Anne fit quant à elle sa scolarité en un autre établissement. Charlotte et Emily allaient devenir par la suite des icônes féministes ainsi que des romancières parmi les plus célèbres de la littérature britannique de leur siècle.

 

Cependant les remarques obtenues par les soeurs Brontë des enseignants de la Clergy Daughters School, hameau de Cowan Bridge, n'auraient rien laissé présager de tel en ce temps là.

 

La remarque la plus glorieuse dont fait état la publication, « lit très joliement », revenait alors à Emily. Les professeurs notèrent que Maria, fille décédée peu après avoir quitté l'école, avait pour sa part « fait des progrès dans la lecture française, mais ne sait rien de la langue d'un point de vue grammatical ». Autre soeur qui allait trépasser jeune de maladie, Elizabeth, fut présentée comme ne sachant rien « de la grammaire, de la géographie, de l'histoire, ou encore de la réussite ».

 

Cette période de l'existence des soeurs Brontë, marquée notamment par les décès précoces ainsi que la vie au sein de l'internat, allait contribuer plus tard à forger le caractère rebelle et l'histoire du personnage de l'orpheline Jane Eyre, dans l'oeuvre de Charlotte.