Les médias numériques cannibalisent le temps de lecture des ados

Clément Solym - 22.08.2018

Edition - International - lecture livre adolescents - médias numérique digital - temps livre ados


Twitter, Instagram et Facebook ont enfin réussi à empiéter durablement sur le temps consacré aux livres. Selon les résultats d’une étude menée par l’American Psychological Association, moins de 20 % des Américains lisent quotidiennement un livre ou un journal. En revanche, 80 % sont sur les médias sociaux...

 

Quiet Interruption
CitySkylineSouvenir, CC BY 2.0
 

 

L’enquête couvre l’analyse comportementale des adolescents entre 1976 et 2016, et leur consommation des médias. La conclusion globale est assez simple, à tendance catastrophiste : l’impression est proche de la disparition, la télévision est en déclin, et les médias numériques gagnent chaque jour plus de terrain.

 

C’est évidemment sur la période des 10 dernières années que l’évolution se manifeste. Mais avec une tendance qui resterait stable – tout autant que préoccupante. Selon le document communiqué, les taux d’utilisation et de croissance en regard du sexe, de l’âge, de l’appartenance ethnique et du statut socioéconomique sont constants.

 

Ce que l’on voit, c’est qu’en 2012, un Américain en 12e année (équivalent de la terminale), passait deux heures par jour en envois de messages, deux autres sur internet (incluant les jeux) et deux heures sur les réseaux sociaux. Ce qui représente environ six heures d’activité durant les loisirs.

 

En revanche, le lien avec la presse écrite s’étiole depuis les années 90 : les élèves de 15 ans n’étaient que 33 % à lire un journal quotidiennement, contre 2 % en 2016. À mettre en rapport avec les 60 % d’élèves en terminale, à la fin des années 70. 

 

Il en va de même pour la télévision et le cinéma qui entre 1990 et 2016 déclinent dans l’intérêt des adolescents. 

 

La New York Public Library change
les romans en stories Instagram

 

Mais pour le livre, c’est velu : fin 70, 60 % des élèves en terminale lisaient un livre ou le journal quotidiennement. En 2016, ils ne sont plus que 16 %. Un tiers d’entre eux n’a pas lu de livre du tout, soit trois fois plus que dans les années 1970. 

 

Et les chercheurs s’intriguent : il est tellement simple de lire des livres ou des magazines sur des appareils électroniques comme les tablettes, que la disparition de la lecture est d’autant plus difficile à comprendre. « Il suffit de télécharger le livre et de commencer à lire. Pourtant, la lecture a encore diminué », souligne Jean M. Twenge, professeur de psychologie à la San Diego State University...

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.