Les mémoires d'Hillary Clinton : beaucoup de bruit pour rien ?

Louis Mallié - 03.07.2014

Edition - International - Hillary Clinton - Hard Choices - Echec


On se souvient du large battage médiatique auquel avait participé l'ancienne secrétaire d'État américaine en prévision de la sortie de ses mémoires. Le 10 juin dernier, paraissait Hard Choices, suivi d'une nouvelle campagne de promotion assurée par l'auteure elle-même, à l'aide de nombreux entretiens, séance de dédicaces, rencontres et conférences. Pour autant, l'ouvrage semble bien loin d'être le best-seller attendu. Et sil devait servir d'indicateur de cote de popularité à une éventuelle candidature aux prochaines élections, le score serait décevant... puisqu'il semblerait qu'à peine 160.000 ouvrages aient été vendus.

 

 

 

 

 

Les données proviennent de Nielsen BookScan, et sont rapportées par le Washington Post. Les vendeurs indiqueraient donc n'avoir vendu que 85.000 exemplaires la première semaine, avant de voir inévitablement chuter les ventes. Seuls 48.000 exemplaires auraient été vendus la semaine suivante, et encore 43,5 % de moins la semaine d'après. La semaine dernière, seuls 26.000 exemplaires auraient été vendus….

 

Naturellement, l'éditeur refuse de transmettre les données exactes, mais il semblerait également que seuls 15.000 ebooks aient été vendus au cours de la première semaine de parution. Or, l'éditeur espérait, pour satisfaire ses prévisions, vendre près de 30 % de son stock dès la première semaine - soit 300.000 exemplaires.

 

Par une comparaison quelque peu malicieuse, le Post a tenu à rappeler que le chiffre ne représentait qu'un seul ouvrage vendu pour 411 électeurs d'Obama aux élections de 2012… En outre, le premier ouvrage de l'auteure, Living History, s'était lui vendu à 600.000 exemplaires dès sa première semaine de parution. Plus décevant encore, les ventes n'ont cessé de chuter, et à mesure que le temps passe, il est de plus en plus évident que les libraires n'écouleront pas le million d'exemplaires distribué : on est loin du best-seller attendu par Simon & Schuster - et probablement par l'auteure elle-même. 

 


 

"Un gaspillage d'argent et de papier"

 

 

 

Le livre paraît ne pas avoir été particulièrement bien reçu des lecteurs : sur 1.165 d'entre eux qui ont bien voulu le noter sur Amazon, seul 276 ont mis 5 étoiles à l'ouvrage… De plus, 1.054 internautes sur 1.284 on trouvé « utile » le commentaire intitulé « une insipide niaiserie, affreusement ennuyeuse, et bien trop longue » (« Excruciatingly Boring, Overly Long, Insipid Pabulum »)…. Naturellement, ces chiffres sont à prendre avec de la réserve, mais reliés aux faits, ils confirment et affirment le peu de suffrage des mémoires.

 

« Un gaspillage d'argent et de papier - ou alors de place sur un écran, pour les utilisateurs de Kindle/Nook. À quoi pensaient Simon & Schuster lorsqu'ils ont acheté les droits ? », se plaint un autre lecteur. Et parmi les plusieurs centaines qui se sont exprimées,  c'est le thème du gâchis d'argent qui revient le plus, certains n'hésitant pas à affirmer que le livre est le plus mauvais qu'ils aient jamais lu…

 

Interrogé sur cet échec, la maison a tout simplement occulté le problème : « Il se vendra pendant encore des années - en hard cover, ebook, audiobook, et poche - et nous espérons bien qu'il sera un succès pour Simon & Schuster, tout autant que pour nos partenaires internationaux », déclarait le porte-parole de la maison, Cary Goldstein, au Washington Post la semaine dernière.

 

L'avoir perçu par Hillary Clinton afin de rédiger l'ouvrage est naturellement inconnu. Selon certaines rumeurs, il tournerait autour des 8 millions $. Aussi, après avoir passé une bonne partie de son mois de juin a assurer la promotion de son livre, Hillary Clinton partira en Europe en cette fin de semaine. « Nous ne voyons aucun ouvrage écrit par une personnalité américaine aussi susceptible de rencontrer un succès international », déclarait encore Jonathan Karp, président de Simon & Schuster, la semaine dernière. 

 

Peut-être le vieux continent réservera-t-il un accueil plus favorable à l'ouvrage ? Qu'importe, elle a pour l'instant perdu son pari sur son propre terrain.