Les mystiques d'Australie perdent une librairie de rêve

Clément Solym - 11.01.2012

Edition - Librairies - librairie - mystique - fermeture


À Sydney, l'établissement comptait comme une institution dans le paysage culturel : la librairie Adyar était même devenue un symbole de la philosophie New Age. Mais elle est aujourd'hui rattrapée par des considérations bassement matérialistes. Fichu capitalisme...

 

Depuis 90 ans, l'établissement avait conquis les foules, et à la fin du mois de janvier, il n'y aura plus personne pour accueillir les clients venus à la rencontre des choses de la métaphysique, de l'astrologie chinoise, du Zen ou encore de tout ce qui sert à la purification de vos chakras. 

 

La librairie ferme.

 

Les achats en ligne étaient d'ailleurs un bon indicateur de la santé fébrile : pour ce commerce indépendant, les ventes stagnaient, et le secteur éditorial lui-même restait morose. 

 

Pourtant, le catalogue s'ouvrait à tous : les ouvrages sur le christianisme, l'islam ou l'athéisme se retrouvaient en bonne intelligence, côte à côte, sans querelles. 

 

 

La librairie avait pourtant fourni une grande partie de la population australienne en livres philosophiques et autres babioles. Mais aujourd'hui, déplore le gérant, plus personne ne semble s'intéresser à ces choses. « Au cours des dernières années, notre situation commerciale a largement empiré », explique-t-il au SMH

 

Si les initiés sont avertis de longue date que l'établissement ne se porte pas au mieux, il n'en reste pas moins que ce sera un vide dans leur existence, comme en témoignent les clients.

 

La librairie est clairement victime de l'époque moderne, où les commerces ne s'en sortent plus...