Les parents boivent numérique, les enfants trinquent... au papier

Clément Solym - 22.11.2011

Edition - International - parents - enfants - livre papier


La tendance serait plutôt à l'utilisation d'appareils numériques, de tablettes, de lecteurs ebook... Et finalement, les jeunes parents d'outre-Atlantique, soucieux de ce que leur progéniture se familiarise avec ces machines... sans pour autant les couper du monde papier.


Ils ont ainsi beau télécharger sur leur Kindle ou tout ce que l'on veut, les parents souhaitent avant tout que leurs enfants fassent l'expérience des pages en papier, en carton, qu'importe, mais des pages qui se tournent.

 

Le New York Times rapporte ainsi l'expérience de jeunes parents, pour qui l'expérience papier est primordiale. Parce qu'elle est une part intégrante de l'évolution, du contact permanent que l'enfant entretient en touchant les objets, et finalement en les distinguant les uns des autres. Et ce, alors que papa et maman sont accros à la lecture sur leur Kindle et iPhone...

 

Voir feuilleter son enfant, finalement, il n'y aurait rien de plus beau. Une étude réalisée pour HarperCollins l'an passé montrait que les livres achetés pour les 3/7 ans sont fréquemment trouvés dans les librairies de proximité - à 38 %.

 

 

Junko Yokota, professeure et directrice du Center for Teaching Through Children's Books située dans la National Louis University (Chicago) apporte quelques précisions. La taille et la forme de l'objet-livre « font partie de l'expérience émotionnelle, intellectuelle. Il y a beaucoup de choses que l'on ne peut pas conceptualiser et se figurer avec un appareil numérique ».

 

Et alors que les éditeurs font des pieds et des mains pour fournir et alimenter les adultes en versions numériques, en EPUB3 enrichis, en applications immersives... on retrouve finalement avec les enfants des publications toutes simples, sans éléments high-tech rapportés.

 

Mais il existe aussi une part de nostalgie anticipée, chez ces parents. Ils confient vouloir familiariser leurs enfants avec les ouvrages papier, dans l'idée qu'ils ne les trouveront probablement plus aussi facilement quand ils auront leur âge. Aussi, l'apprentissage de ces objets devient tout aussi important que celui de se servir d'une fourchette ou d'apprendre à manger correctement.

 

Un livre papier sollicite tous les sens, et finalement, permet de provoquer un développement autre que la paroi d'un écran. Peut-être qu'il n'est pas inutile de faire découvrir les deux mondes, pour préserver la magie et garder le meilleur des deux.