Vols à la BnF : un audit programmé, le ministère mis en cause

Antoine Oury - 22.07.2015

Edition - Bibliothèques - BnF - vols - personnels


L'information a été dévoilée ce matin par le Canard Enchaîné : la Bibliothèque nationale de France a été victime d'une série de vols commis en début d'année. 44 estampes réalisées d'après les dessins de Pieter Bruegel ont été dérobées au département des Estampes et de la photographie, sur le site Richelieu (2e arrondissement de Paris). Si de nouvelles mesures de sécurité sont à l'étude, les personnels dénoncent la rigueur budgétaire, qui multiplie les opportunités de larcin avec le manque d'effectifs.

 

Maquette BnF

Fragile BnF... (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Un audit sur la sécurité est d'ores et déjà programmé, mais les 44 estampes sont bel et bien sorties de la BnF, emportées par « une salariée de la BnF », d'après le Canard Enchaîné. Cette dernière a avoué le larcin, ainsi que la vente d'une partie des œuvres dérobées. Visiblement, le Renseignement douanier a « repéré [une partie des œuvres] chez un collectionneur belge et chez un Hollandais », et les estampes devraient être rapatriées sans encombre après l'émission d'une enquête rogatoire internationale.

 

Les affaires de vol — y compris ceux réalisés par des agents ou des salariés des établissements — sont communes au sein des grandes bibliothèques : le 26 juin dernier, la British Library recevait les représentants des grands établissements, dont la BnF, pour faire le point sur les méthodes pour lutter contre le vol et le recel d'œuvres patrimoniales.

 

Car le plus choquant n'est peut-être pas le vol des documents, mais la façon dont les personnels s'en sont rendu compte : totalement par hasard, lorsqu'un usager a demandé à examiner les estampes, parmi les quelque 15 millions de documents conservés au sein du département. L'album, surprise, était « lacéré au cutter ». Par ailleurs, l'enquête ouverte a permis de déceler un autre vol, celui de « 21 fonds de cartes ». Le syndicat CGT de la BnF estime qu'un agent est probablement impliqué dans ce vol.

 

Pour le syndicat, qui a rapidement réagi, ces vols ont un coupable commun : le ministère de la Culture. « Il faut dire que Richelieu, malgré l’énorme chantier de rénovation commencé il y a plusieurs années, reste une bibliothèque du XXe siècle, si ce n’est du XIXe siècle, avec ses fichiers et catalogues papiers, ses collections non référencées dans les catalogues informatiques, ses demandes de communication sur bulletins papiers, ses fonds non signalés qui s’accumulent faute de personnels », rappelle tout d'abord le syndicat.

 

D'après la CGT, les coupes budgétaires à répétition et la disparition d'effectifs ont rendu extrêmement difficile la mission de conservation de l'établissement. « Il est certain qu’avec la diminution historique de la subvention du Ministère de la Culture (moins 10 millions d’euros en 5 ans), la BnF et ses personnels ne parviendront pas à faire ce bond qualitatif, à savoir inscrire Richelieu et ses fabuleuses collections dans notre XXI siècle. Il en va, désormais, de la responsabilité du Ministère de la Culture », termine le syndicat, qui rappelle que 260 emplois ont été supprimés depuis 2009.


Pour approfondir

Editeur :
Genre : policier &...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782226208279

Au voleur !

de Carol Higgins Clark

100 000 dollars : c'est la somme qu'Abigail, jeune coiffeuse de stars à Hollywood, vient de voir s'envoler. en même temps que son petit ami ! Elle n'a que quelques jours pour retrouver celui qui détient la fortune que lui a léguée sa grand-mère. Par chance, Regan Reilly est la meilleure amie d'Abigail. Par malchance, celle-ci est née un vendredi 13 et semble décidément attirer le mauvais sort : peu après le forfait, elle découvre le corps sans vie d'un de ses clients. Il n'en faut pas plus à Regan, désormais installée

J'achète ce livre grand format à 19.80 €