Les premiers boulots des écrivains

Clément Solym - 28.06.2012

Edition - International - travail - boulot - romancier


Il y a ceux qui ont puisé dans une première vie professionnelle pour nourrir leur écriture. D'autres qui ont fuit l'ennui salarial dans le romanesque. Entre les dossiers d'assurances de Kafka et l'orpaillage de London, l'écriture commence dans le terre à terre.

 

Le mythe du romancier en herbe qui s'évade dans la rédaction entre deux rondes. Par son travail d'employé sur un parking, Don de Lillo, encore âgé de 18 ans s'embourbe dans l'ennui. Seule échappatoire aux longues heures de souffrance, la lecture.

 

Devenu un avide lecteur, l'auteur d'Outremonde s'enrichira d'expériences dans la communication à défaut de trouver un poste dans l'édition. Pour enfin passer de l'autre côté du miroir. Et proposer d'autres évasions romanesques aux salariés désœuvrés. De l'utilisation fastidieuse de la caisse enregistreuse, Margaret Atwood, salariée dans un café restituera ses pénibles souvenirs dans Ka-Ching!. Minimalisme, amputation du surplus, sont caractéristiques de Raymond Carver. Le novelliste aura passé ces années de jeunesse et post-universitaires dans une scierie avec son père.

 

 

D'autres boulots sont plus insolites encore. Burroughs, compagnon de route de Ginsberg et Kerouac ses expériences professionnelles comme dératisateur. Un moment de sa vie immortalisé dans le recueil de nouvelles Exterminator !.

 

Parmi toutes ces professions ou petits boulots exercés avant leur carrière littéraire, un élément relie beaucoup d'écrivains : l'océan. Puissante muse, la mer a inspiré des auteurs mais en en a fait vivre aussi. Harlan Ellison, le romancier de science-fiction fut pécheur sur un thonier, Herman Melville, avant d'embarquer sur un baleinier qui lui inspirera son grand roman est mousse sur un navire marchand.

 

Et même Jack London a connu les joies de la pêche à l'huître. John Steinbeck quant à lui sera un temps guide touristique dans un élevage de poissons.

 

Autre grande force évocatrice, la musique. Haruki Murakami ouvre un café jazz quand James Joyce accompagna sa voix au piano le temps des 22 refus de son Dubliners. En lien moins direct avec ses travaux littéraire, Nabokov, entomologiste, théorisa l'évolution du papillon sans que le monde scientifique y apporte du crédit. Avant que des analyses ADN des insectes confirment son intuition.

 

Une petite compilation à retrouver sur Mental Floss