medias

Les prisonniers lisent et enregistrent des livres pour leurs enfants

Victor De Sepausy - 09.12.2019

Edition - Société - livres lecture prison - enregistrer audiolivre détenus - Montauban prison livres


Au cœur du conflit en Irak, certains soldats s’étaient vu offrir de pouvoir enregistrer un livre, dont la lecture serait alors transmise à leur progéniture, bien lointaine. Mais en période de fête, comment pousser du pied ce genre d’initiative, en mesure de rapprocher les familles ? À Montauban, c’est à la prison que l’idée a fait recette.

Prison
Matthias Müller, CC BY ND NC 2.0
 

La Dépêche raconte ainsi comment, avec l’aide de l’association Confluence, les détenus ont pu, au sein de la salle socioculturelle, réaliser… des jaquettes de livres audio, pour leurs enfants, après les avoir eux-mêmes enregistrés. 

Jalila Bouanini, coordinatrice socioculturelle du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), et Camille Marceau, artiste plasticienne, étaient là pour accompagner ces activités, imaginées avec Véronique Bernard, adjointe de direction de Confluences. 

En septembre dernier, les prisonniers se sont vu proposer une centaine de livres jeunesse, parmi lesquels il leur en fallait choisir un seul, après lecture. Thomas Scotto a fait l’unanimité. Puis c’est en présence du comédien François-Henri Soulié que les détenus ont commencé à lire, avant de passer à l’enregistrement, avec le concours d’une association radio locale.
 
Des enregistrements de livres destinés aux enfants, à leurs enfants : « Ce livre parce qu’il est représentatif de mon histoire avec mon fils. Je ne l’ai pas revu depuis mon incarcération. Je suis absent », indique avec émotion Yacine, l’un des participants. 

Le projet, financé par la Direction régionale des affaires culturelles et le SPIP verra ces audiolivres, ainsi que leur version papier, offerts aux enfants des détenus. Pour certains, c’est déjà le début d’une alternative : pour Brian, dont le fils a 2 ans, c’est d’ailleurs inédit. « C’est la première fois que je lui lis une histoire. À ma sortie, je lui ferai lecture régulièrement. C’est un bonheur. »

L’association travaille régulièrement avec la maison d’arrêt de Montauban – l’an passé, Henri Mérou, calligraphe, et Ingrid Thobois, autrice, avaient participé à une rencontre avec les détenus. 


Commentaires
C'est une magnifique initiative. Qu'elle puisse prospérer et apporter réconfort tant aux détenus qu'à leur famille. Les livres font chaud au cœur sans nécessité qu'on les brûle! Preuve en est ce qui est conté plus haut. Les mots d'un livre, transmis par la voix d'un père à son fils: un lien magique pour surmonter, à deux, la douleur de la séparation, la solitude, l'angoisse, la tristesse. Merci les mots et les êtres qui les transmettent.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.