À l'international, les prix littéraires s'ouvrent à la traduction

Julie Torterolo - 01.09.2015

Edition - Société - Man Booker International Prize - ACE Traductores - médaille Carnegie


Ils ont un rôle essentiel pour la qualité et la diffusion de littérature, et pourtant les traducteurs sont bien souvent passés à la trappe. Mais, 2015 semble bien être synonyme de progrès. Cette année, les prix littéraires ouvrent de plus en plus leur récompense à ces hommes et femmes, d'ordinaire cachés derrière la notoriété de l’auteur. Le Man Booker International Prize ou le Qatar s’y sont mis. Et ce ne sont pas les seuls… 

 

DNA / Protein function finder from @WellcomeTrust @SangerInstitute @emblebi @YourGenome

(Duncan Hull, CC BY 2.0)

 

 

Lorsque l'écrivain hongrois László Krasznahorkai a reçu le Man Booker International Prize en mai dernier, il a souhaité que 15.000 £, sur les 60.000 qu'il a reçus, soient distribuées à deux des traducteurs de son œuvre. La réaction ne s’est pas fait attendre : le Man Booker International Prize — tout en absorbant l'Independent Foreign Fiction Prize — a créé un prix annuel qui récompensera les auteurs et les traducteurs dès lors que le livre aura été traduit pour le marché britannique. 

 

Toujours Outre Manche, la Médaille Carnegie, décernée par la CILIP (Chartered Institute of Library and Information Professionals), a annoncé s’ouvrir l’année prochaine à la traduction de livres étrangers en anglais. « La prise de conscience de la traduction dans la littérature mondiale continue d'augmenter à la fois dans le commerce du livre et parmi le grand public, et cela est vraiment pertinent. Comme prix reconnu à l'échelle mondiale, la Médaille Carnegie CILIP devrait refléter cette réalité », a déclaré à ce sujet Joy Court, Présidente de la Médaille Carnegie ainsi que la Médaille Kate Greenaway. Les traducteurs seront désormais classés dans la catégorie coauteurs afin d’être récompensés pour leur contribution à la narration. 

 

Après l’Angleterre, les Espagnols suivent le pas. L’association ACE Traductores - qui défend les intérêts des traducteurs -  a également souhaité faire évoluer la situation. Inspirée par les initiatives précédentes, elle a « adressé une lettre au prix espagnol Princesse des Asturies invitant son directeur à envisager la possibilité de donner plus de visibilité aux traducteurs en espagnol et d'autres langues officielles de l’Espagne ». Plus spécifiquement, la fondation explique avoir demandé que le traducteur soit systématiquement mentionné sur « le certificat de récompense » (Premio Princesa de Asturias).

 

ACE Traductores n’a d’ailleurs pas manqué de faire référence aux Pays-Bas où le prix européen de littérature (en néerlandais : Europese Literatuurprijs) prend soin de récompenser tout roman écrit dans une langue pratiquée dans l’un des États membre du Conseil de l’Europe, ainsi que sa traduction en néerlandais. 

 

À noter qu'en France, les traducteurs ont leurs propres récompenses avec entre autres le Prix Pierre-François Caillé qui récompense, chaque année, la traduction d’une œuvre littéraire de fiction ou de non-fiction.