Les reliquats de la Mort pour les bibliothèques parisiennes

Clément Solym - 17.11.2011

Edition - Bibliothèques - bibliothèque - Paris - reliquats


Restrictions budgétaires, situation financière douloureuse, le syndicat CGT Culture fait valoir dans un communiqué que les bibliothèques viennent de prendre de plein fouet des mesures draconiennes.


En effet, la Direction des affaires culturelles de la ville aurait décidé de se pencher sur les reliquats budgétaires des bibiothèques. Et la décision a été simple, supprimer « toutes les commandes du mois de décembre. La Mairie de Paris vient donc d'inventer une année 2011 qui ne compte que onze mois », dénonce le syndicat.

 

Bertrand Delanoë

 

Les années passées, ces reliquats étaient utilisés pour « choisir directement un certain nombre d'ouvrages qui ne pouvaient être achetés que l'année suivante, la Ville de Paris a choisi de supprimer cette possibilité, du jour au lendemain, sans prévenir ni les acquéreurs, ni les chefs d'établissement », précise la CGT.

 

Une mesure douloureuse, et qui impacte le travail des agents qui avaient pris en compte ces futures dépenses. Ainsi, les lecteurs ne pourront profiter des livres que fin février 2012, au mieux. Et surtout, signale-t-on « l'argent prévu initialement à cette dépense est... “perdu” ! Il n'y a plus de petites économies ».

 

Interpellant le maire, Bertrand Delanoë et l'adjoint à la Culture, Christophe Girard, la CGT souhaite que les reliquats soient restitués « pour maintenir un service de lecture publique de qualité ».

 

"ActuaLitté" a contacté la mairie de Paris pour obtenir plus d'informations.