Les renseignements généraux avaient monté un dossier sur Matzneff

Nicolas Gary - 08.02.2020

Edition - Justice - Gabriel Matzneff - renseignements généraux - pédocriminel Matzneff


Début janvier était ouverte par le Parquet de Paris une enquête pour viols sur mineur. L’affaire Matzneff qui a fait la lumière sur les agissements pédocriminels de l’écrivain est allée de rebondissements en révélations. Les policiers en charge de l’affaire viennent d’en produire une nouvelle : un dossier des ex-Renseignements généraux découvert dans leurs archives.

Gabriel Matzneff - HLM dans le Quartier latin
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Selon une source évoquée par Le Point, « les documents de ce dossier couvrent la période 1950-1999 ». Or, problème, le Code du patrimoine protègerait l’écrivain, au titre de la vie privée : ces archives ne peuvent pas être communiquées avant cinquante ans « à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier, pour les documents dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l'Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l'Etat, à la sécurité publique, à la sécurité des personnes ou à la protection de la vie privée » (Article L213-2).
 
On ignore ce que le dossier contient, mais une chose reste certaine : son contenu a été numéroté et archivé, en lien avec Gabriel Matzneff. Dans le cadre de ses investigations, l’office central pour la répression de la violence aux personnes (OCRVP) a été alerté de son existence. 

Les éléments viendront compléter les premiers éléments — des rapports de la Brigade de protection des mineurs, qui remontaient à 1986. « Concernant les cartons RG […], des démarches ont été entreprises par le service saisi de l’enquête pour récupérer ces documents », indique une source judiciaire à nos confrères. 
 

D'autres victimes identifiables ?


Qu’apporteraient-ils dans tous les cas ? Des preuves, peut-être, mais avant tout de quoi parvenir à identifier d’autres victimes de l’écrivain — motif premier qui avait incité le Parquet à ouvrir l’enquête. 

Au cours de la période concernée, qui recouvre une grande partie de son activité d’écriture, Matzneff avait fait des déclarations vantant son goût pour la pédophilie, mais également le tourisme sexuel. Entre 1970 et 1980, il se targuait également d’amitiés politiques qui lui assuraient une certaine immunité — pour ne pas dire impunité. 

Récemment, l’accusé s’est exprimé dans une confession effarante : s’il montrait quelques regrets vis-à-vis du tourisme sexuel qu’il pratiquait, il n’affichait aucun remord pour ce qui est de son comportement de pédocriminel sur le territoire français.

De son côté, Vanessa Springora, autrice du livre Le consentement, qui a dévoilé l'histoire, victime elle-même, ne cache pas sa satisfaction. « Je suis très contente de la prise de conscience générale qui a eu lieu. C’est merveilleux qu’on puisse encore se remettre en question, pour toutes les personnes qui ont eu le courage de le faire, prendre conscience de ses erreurs, c’est très important », assurait-elle lors de son passage à La Grande Librairie, l’émission de François Busnel sur France 5.


Commentaires
Les R.G. couvraient tout et n'importe quoi, beaucoup de personnalités, beaucoup d'écrivains avaient des dossiers R.G. Bien souvent, il sont constitués... de simples coupures de presse. Dans le cas de Matzneff, on peut penser que la curiosité des R.G. a été alimentée par ses contacts avec des soviétiques (exilés ou non), les voyages qu'il fit en URSS, ses liens avec la dissidence, avec les organisations de l'Église orthodoxe, etc. G. M. a aussi voyagé dans les pays arabes, s'est rendu en Algérie avant la guerre (il y sera aussi conscrit), a été un soutien de la cause palestinienne, etc. Sur le plan intérieur, il a été, en 1965, l'un des premiers à appeler à une candidature Mitterrand. Il était journaliste à Combat, périodique influent à l'époque, etc, Le rédacteur de cet article aurait pu penser à tout cela. En tout cas, on est bien loin des fantasmes que suscite cette prétendue "affaire"...
Si les journalistes pensaient, cela se saurait.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.