medias

Les Républicains ont-ils piraté un livre pour accuser François Hollande ?

Nicolas Gary - 27.03.2017

Edition - Justice - François Hollande cabinet noir - François Fillon cabinet noir - Bienvenue Place Beauvau


Le président de la République est mis en cause par différentes personnalités de Les Républicains. Un courrier envoyé à Éliane Houlette, en charge du parquet national financier, ainsi qu’au procureur de Paris, demande l’ouverture d’une enquête. En trame de fond, un livre dont le candidat François Fillon a fait gorge chaude.

 

François Hollande au salon Livre Paris 2017

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le président de LR au Sénat, Bruno Retailleau, ou encore Christian Jacob, son homologue à l’Assemblée nationale, mais également Valérie Pécresse, présidente de la Région IDF et Luc Chatel, porte-parole du candidat Fillon, se sont retrouvés.

 

Ils estiment que le livre de Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens dévoile des informations « d’une particulière gravité ». Suffisamment en tout cas pour demander l’ouverture d’une enquête, s’appuyant sur l’article 40 du Code de procédure pénale.

 

L’ouvrage, Bienvenue Place Beauvau avait précédemment été utilisé par François Fillon. Le candidat estimait qu’on y trouvait la preuve de l’existence d’un cabinet noir dont profitait François Hollande. « Le livre Bienvenue Place Beauvau, rédigé notamment par des journalistes du Canard Enchaîné, met gravement en cause la présidence de la République de François Hollande », ecrivait François Fillon.

 

L’un des auteurs avait pourtant réfuté catégoriquement l’interprétation faite de ce que le livre raconte, ainsi que le complotisme que Fillon brandissait. « La seule personne qui croit qu’il y a un cabinet noir à l’Élysée c’est François Fillon », affirmait Didier Hassoux

 

Mais les ténors de la droite n’en ont cure : ils listent, après lecture de l’ouvrage, l’ensemble des infractions qu’ils pensent avoir constatées (voir le document en fin d’article, publié par le Figaro).

 

« Une version électronique de ce livre nous a été communiquée et sa lecture révèle la commission d’un certain nombre de faits d’une particulière gravité qui seraient susceptibles de revêtir différentes qualifications pénales », signent les députés, sénateurs et la présidente de région.

 

Destituer le président Hollande pour un livre de confidences, vraiment ? 

 

 

Un ebook reçu, pour un ouvrage disponible depuis le 23 mars... mais qui est la source qui a communiqué ledit livre ?

 

 

 

Les accusations des ténors sont à prendre en compte, mais l’origine de la version numérique du livre serait intéressante à connaître. Rappelons que partager un ebook par email est, en soi, de la contrefaçon : les signataires du courrier se sont-ils rendus complices de piratage pour arriver à sauver le candidat Fillon ?

 

Ah, l'irréprochabilité...