Les retraits et retours de livres autorisés dans les bibliothèques

Antoine Oury - 03.11.2020

Edition - Bibliothèques - livres retraits - livres retours - bibliotheques covid


Le gouvernement avait laissé les portes des bibliothèques et médiathèques entrouvertes, pour les besoins des services de commandes et de retraits, mais la loi n'avait pas encore pris en compte ce mode de fonctionnement des établissements. C'est désormais chose faite, par le décret n° 2020-1331 du 2 novembre 2020. 

Médiathèque Alexis de Tocqueville - Caen


Le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivait les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19, dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. Il mentionnait déjà les bibliothèques et centres de documentation, dans les articles 34 et 45.

Dans ce texte, les consignes étaient claires : présentiel possible dans les bibliothèques universitaires, sur rendez-vous, et interdiction d'accueil du public dans les bibliothèques publiques. La ministre de la Culture et les autorités avaient toutefois déjà précisé qu'il était possible de mettre en place un service de commandes et de retraits, avec l'utilisation d'une attestation dérogatoire pour les usagers.

Cette possibilité vient de s'inscrire officiellement dans les textes : le décret n° 2020-1331 du 2 novembre 2020 vient apporter quelques corrections et ajouts à celui du 29 octobre. Il modifie ainsi les deux articles, 34 et 45, qui concernaient les bibliothèques :
 

3 ° Le 3 ° de l'article 34 est complété par les mots : « ainsi que pour le retrait et la restitution de documents réservés » ;
4 ° Le 5 ° du I de l'article 45 est complété par les mots : «, sauf pour le retrait et la restitution de documents réservés ».

 
L'intégralité du décret est disponible à cette adresse.

Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
Franchement, est-ce bien raisonnable d'un point de vue épidémiologique ?! La réponse est évidemment non. Il ne faudra pas s'étonner si les commerçants remontent au créneau après ça.

Quant aux bibliothèques, je suppose que cela demande toute une organisation nouvelle si ce fonctionnement ne fait pas partie de leurs possibilités habituelles. Enfin, c'est une mesure très discutable en terme de service public car elle ne touchera sûrement pas toute la population mais plutôt les gens "connectés" qui ont déjà bien d'autres accès à la culture...

Bref, on continue à faire n'importe quoi dans la gestion de la crise sanitaire. Le gouvernement a laissé la porte ouverte et, forcément, tout le monde s'y engouffre. Les professionnels de santé doivent s'arracher les cheveux ! N'oubliez pas d'applaudir le soir à 20h... oh oh
ça fais plaisir de lire un peu d'intelligence et recul parmi autant d'idioties au mieux démagogues.
Rat de bibliothèque, êtes-vous vraiment un rat de bibliothèque ?



Je suis bibliothécaire dans une interco d'environ 25.000 habitants et je peux vous assurer que, au vue de ce qu'il se passe dans les grandes surfaces, vous avez moins de chances d'attraper la covid-19 chez nous qu'au Leclerc.



Les points de contact (poignées, toilettes, matériel informatique...) sont désinfectés au moins 4 fois par jour. Les personnes venant retirer ou rapporter des documents ne touchent que la poignée de la porte d'entrée et la sonnette (désinfectée, comme je l'ai dit, bien plus de fois qu'un caddie ou un panier de grande surface), portent des masques, se désinfectent les mains : en tout, elles ne restent pas plus de 10 minutes. Les documents sont mis en quarantaine dès qu'ils reviennent, nous portons nos masques en permanence, même lorsque nous sommes à plus de 4 mètres de nos collègues (je suis actuellement seule dans une salle de 500m², et je le porte pour être sûre de ne pas postillonner sur le clavier tongue laugh).



Pour les gens déconnectés, nous prenons les rendez-vous par téléphone, nous faisons des sélections toutes prêtes, nous faisons du portage pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer. Au premier confinement, nous avons même appelé les gens qui n'avaient pas d'adresse mail renseignée pour leur dire que nous avions un système de drive.



Bref. Si vous souhaitez parler d'un métier que, vraisemblablement, vous ne connaissez pas (en tout cas c'est ce que vous donnez comme impression), n'hésitez pas.



Moi, j'ai dit tout ce que j'avais à dire cool smile
"Franchement, est-ce bien raisonnable d'un point de vue épidémiologique ?! La réponse est évidemment non." Etes-vous épidémiologiste ? J'en doute, avez-vous entendu l'avis d'épidémiologistes sur le sujet ? Moi non.

Quant aux bibliothèques, les précautions sont prises, comme dans les commerces, voire plus que dans les commerces.

Elles commencent à être rodées puisque le retrait sur place était déjà mis en place lors de la première vague. Le public nous sollicite pour que ce service soit mis en place, qu'il soit connecté ou non. Tout le monde ne lit pas des livres sur tablettes, liseuses, ne lit pas de la presse sur tablettes ou sites dédiés, ou ne visionne pas des films sur les sites de VOD. "Toute" la population n'est pas touchée, mais les bibs essayent d'en toucher un maximum, et de tous âges.
Mon commentaire ne concerne que les bibliothèques et médiathèques, et pas les bibs universitaires, n'étant pas qualifié pour donner mon avis sur celles-ci.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.