Les Rêveurs : quand Isabelle Carré ouvre une autre réalité

Partenaire - 27.11.2018

Edition - Société - Isabelle Carré Rêveurs - Isabelle Carré autobiographie - Isabelle Carré actrice


AUDIOLIVRE – Depuis son César de meilleure actrice, obtenu en 2003 pour son rôle dans Se souvenir des belles choses, Isabelle Carré a marqué les esprits. Et quand elle récidive avec deux Molière — en 1999, avec Mademoiselle Else et 2004 avec L’Hiver sous la table — l’actrice achève de fasciner. Largement autobiographique, son premier roman, Les rêveurs (Grasset, 2018), découvrait un nouveau pan de sa personnalité.

 


Isabelle Carré globetrotteur17, CC BY-SA 2.0
 

 

Dans un abandon touchant, Isabelle Carré livrait ainsi un premier roman sensible et plein de grâce. Une autobiographie brodée de fiction, raccommodée par endroit là où la mémoire fait défaut. L’actrice y raconte l’histoire de sa famille et de son enfance — ou en tout cas l’histoire d’une famille et d’une enfance qui ressemblent étrangement à la sienne. 
 

L’homosexualité d’un père, tardivement dévoilée, les origines aristocratiques d’une mère, une tentative de suicide, durant la prime adolescence, et les services psychiatriques, et la pression sociale, son regard pernicieux...

 

Elle dit la « partie immergée de l’iceberg », cachée derrière son sourire maquillé, ses angoisses et ses blessures, sa famille un peu hors-normes, mais aussi son désir naissant de théâtre et de cinéma ou encore ce que c’est qu’être une enfant puis mère à son tour — et l’amour, bien sûr. Sont confiés ici des rêves délicats, des souvenirs tendres, qui nous emplissent de réconfort... 
 

«J’ai l’habitude avec les journalistes d’être toujours associée à deux qualités : discrète et lumineuse! Durant toutes ces années, comment suis-je passée si facilement entre les mailles du let? Évidemment, je ne m’en plains pas, pour rien au monde je ne renoncerais au plaisir d’être si bien cachée derrière mon maquillage et les costumes d’un personnage. Puisque tout est vrai, et que les acteurs “font semblant de faire semblant”, comme l’écrit Marivaux. Je m’étonne juste qu’après ces heures d’interviews, tous ces plateaux télé, ces radios, les mêmes mots ressassés à l’in ni suffisent... grâce à ce sourire peut-être. Je suis une actrice connue, que personne ne connaît.» 
 

Isabelle Carré débuta sa carrière au cinéma à 17 ans dans Romuald et Juliette, un film de Coline Serreau. Après plusieurs nominations aux Césars, elle reçoit, en 2003, le César de la meilleure actrice pour son rôle d’une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer dans Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman.

L’année suivante, elle est récompensée par le Molière de la meilleure comédienne pour la pièce L’hiver sous la table. Elle privilégie les comédies et joue tout aussi bien au théâtre qu’au cinéma. Elle est engagée auprès de plusieurs associations qui militent pour les droits des enfants.

Les Rêveurs est son premier roman, et pour l’occasion, sa première expérience de lecture pour un audiolivre.  L’extrait qui suit est proposé par les éditions Des femmes — Antoinette Fouque, qui publient l'ouvrage.

 





 

Isabelle Carré – Les rêveurs – Des Femmes – 3328140023633 – 24 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.