Les rues de Sur prennent le nom d'auteurs arménien, syrien et kurde

Clément Solym - 04.01.2010

Edition - Société - turquie - rues - margosyan


La ville de Sur dans le district de Diyarbakir compte renommer trois de ses rues en leur donnant le nom de trois écrivains, l'un d'origine arménienne, le deuxième d'origine syrienne et le troisième d'origine kurde.

La décision a été prise le 9 décembre dernier. Ainsi la rue Pasucu (quartier Ziya Gokalp) devrait prendre le nom de l'auteur syrien Naum Palak Faik, la rue Yagci (quartier Fatih) le nom du poète kurde Ahmet Arif et la rue Direkci (quartier Hasirli) le nom de l'écrivain arménien Mgrdich Margosyan.

Abdullah Demirbas, le maire de Sur a indiqué que la raison principale de ce changement de nom de rue était la volonté de mettre en avant les artistes de Diyarbakır, une sorte d'hommage. Le maire a affirmé : « Avec ses livres, Margosyan a beaucoup contribué à la promotion de Diyarbakır. Il était aussi membre de la communauté arménienne de Diyarbakır et représentait un héritage culturel différent ».
 
Le maire a aussi ajouté : « Promouvoir ainsi les valeurs de Diyarbakır démontre l'harmonie paisible entre les différentes cultures, identités, et religions qui existent ici. La paix, la démocratie et la fraternité sont ce dont nous avons eu le plus besoin récemment. En un sens, nous voulons annoncer ça à toute la Turquie une fois encore à travers les rues de Diyarbakır ».

Si les noms d'Ahmet Arif et de Mgrdich Margosyan ont facilement étaient acceptés par le gouverneur du district, il semblerait que celui de Naum Palak Faik pose problème. Il était syrien et a fini sa vie en Amérique, pourtant, il est bien né dans la rue qui doit porter son nom.

Abdullah Demirbas a indiqué que la requête devait être portée devant le ministère des Affaires étrangères. Celui-ci déterminera si oui ou nom Palak était un citoyen turc. Le maire n'approuve pas cette procédure étant donné qu'il y a déjà « de nombreux rues, avenues et immeubles en Turquie qui portent le nom de personnes qui n'étaient pas citoyennes turques ».