Les salariés de Sauramps prennent la parole, entre espoir et inquiétude

La rédaction - 09.07.2017

Edition - Librairies - librairies Sauramps salariés - Sevestre Furet Sauramps - solidarité salariés sauramps


Les salariés des librairies Sauramps ont fait parvenir à la rédaction une lettre ouverte, avec la volonté de clarifier bien des choses. Suite à la décision du tribunal de suspendre la reprise par Furet, la division et la zizanie. À la stupéfaction, la colère ou l’anéantissement, succède un temps de réflexion plus calme. Tâcher de retrouver une certaine sérénité, mais surtout, afficher une solidarité totale à l’égard de l’ensemble des équipes – Triangle, Odyssée, Polymomes, Musée. 

 

Pour ce qui est de Mosaïque, c’est un peu différent… Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité de leur courrier.
 

Librairie Sauramps Montpellier
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Dans le chaos qui préside à la vente du groupe Sauramps, nous, employés des librairies du centre-ville, désirons nous exprimer en notre nom propre sur la tourmente que nous endurons, et les sentiments qui nous habitent.

 

Ce vendredi 7 juillet, la Justice a décidé de suspendre la décision par laquelle le tribunal de commerce remettait l’avenir de Sauramps entre les mains du groupe Le Furet du Nord. Nous avons vécu cette suspension comme le rebondissement de trop.
 

Quoi qui ait pu être dit par ailleurs, notre colère, notre ras-le-bol ne sont pas dirigés contre nos collègues d’Odyssée ni contre les nombreux collègues des établissements du centre-ville qui, dans le cadre du projet présenté par le Furet du Nord, se trouvent licenciés, mais contre notre Direction qui, au fil du temps, a mené l’entreprise au bord de la liquidation pure et simple.

 

Lors de l’audience du 26 juin, toutes les personnes concernées s’exprimaient en faveur du dossier présenté par Amétis, malgré un certain nombre de réserves, au premier rang desquelles la volonté d’Amétis de maintenir la Direction actuelle, en qui nous n’avons depuis longtemps plus aucune confiance.
 

Malgré la défiance que nous inspirent sa personne et ses motivations, le recours déposé par Jean-Marie Sevestre redonne espoir à bon nombre des personnes qui, avec le Furet du Nord pour repreneur, perdent leur emploi.
 

L'attachement de Montpellier aux librairies Sauramps : “Quel gâchis !”


Au lendemain de la décision du tribunal de commerce, nous avions d’ailleurs soutenu avec une forte majorité l’idée de ce recours, à la condition qu’il ne soit pas suspensif, et que la procédure soit brève, car toutes les parties impliquées sont d’accord sur le fait qu’en l’état, le groupe Sauramps n’a pas les moyens de survivre un mois de plus.

 

Ce 7 juillet, la décision de la Cour d’appel a ravivé l’inquiétude, l’incertitude et la colère. Depuis quelques jours, nous avions la sensation, malgré la tristesse et l’épuisement, d’être sur le point de démarrer quelque chose de positif avec la Direction du Furet du Nord.

D’avancer enfin après des mois d’immobilisme et d’angoisse. Nous vivons donc très mal le caractère suspensif de ce recours que nous étions nombreux à espérer.

 

Plus terrible encore, cette situation qui nous fragilise tous menace de nous diviser. Que ce soit à Alès ou sur les différents sites de Montpellier, nous sommes usés, exaspérés, et partageons le sentiment d’un immense gâchis.

Mais nous restons attachés à ces si belles librairies et nous, employés des magasins du centre-ville, espérons qu’elles pourront continuer leur route en préservant le plus grand nombre possible des femmes et des hommes qui les font vivre.
 

Sauramps Alès entre en grève : de la consternation à l'indignation


À nos yeux, aucune des solutions qui s’offrent à nous n’est réellement enthousiasmante, et nous soutenons pleinement ceux de nos collègues qui perdront leur emploi dans le cadre de l’une ou l’autre de ces offres de reprise. Ceux d’entre nous qui resteront se tiennent prêts à tout faire pour préserver l’esprit qui a été celui de ces librairies jusqu’à aujourd’hui.