Les sciences au programme des registres SF et Fantasy

Julien Helmlinger - 13.06.2014

Edition - International - Sciences - Science fiction - Fantasy


Le registre de la science-fiction est souvent présenté par des puristes comme se démarquant de celui de la fantasy par sa prédisposition à traiter des sciences comme son nom semble l'indiquer. Or voilà que certains observateurs estiment que récemment des oeuvres parmi les plus focalisées sur la matière scientifique se seraient pourtant retrouvées parmi les titres classés au rayon fantasy. On étudie sérieusement la biologie d'espèces vivantes imaginaires, quand des univers fictifs ne sont pas exempts de lois physiques et environnementales...

 

 

La semaine prochaine, interro de biologie

 

 

Ainsi dans certaines fictions, les théories anticipatrices peuvent nous présenter des innovations technologiques tellement éloignées qu'elles deviennent indissociables d'une certaine idée de magie ou de sorcellerie, comme c'est notamment dans A la croisée des mondes, de Philip Pullman. Un cycle littéraire qui nous présente un monde dans lequel l'homme en vient à un point tel que sa maîtrise des sciences le mène au-delà des limites imposées par dieu...

 

Mais parfois dans le registre de la fantasy, des intrigues se trouvent aussi plus directement centrées autour de questions scientifiques.C'est le cas dans la nouvelle série de Marie Brennan, A Natural History of Dragons, situé dans une époque et un univers rappelant vaguement l'ère victorienne épicée de toutes sortes de variétés de dragons et qu'un naturaliste étudie. La biologie, et plus particulièrement la taxinomie tient une place importante dans le récit imaginaire tout en se voulant réaliste.  

 

Des notions scientifiques semblent encadrer les mondes parallèles. Dans sa trilogie Southern Reach, présentée comme une fantasy cthulhuesque, Jeff VanderMeer s'intéresse quant à lui aux écosystèmes de transition, à ce qu'il pourrait advenir à la faune et à la flore dans le cas de changements environnementaux. Et pour créer de manière cohérente sa saga du Trône de fer, George RR Martin a eu recours à plusieurs sciences. La géologie, le climat et les écosystèmes qui régissent son univers ont d'ailleurs inspiré dernièrement de véritables scientifiques...

 

De même pour Tolkien, des météorologues s'étant récemment passionnés pour le temps qu'il fait dans la Terre du Milieu.

 

Finalement, l'on pourra s'amuser encore longtemps à définir de bien des façons la frontière entre les deux registres. Certains estiment parfois que les sciences biologiques et géologiques se trouvent naturellement dans la fantasy quand la physique, la cosmologie et l'ingénierie seraient plus propres à la science-fiction, et les deux se partageraient la politique et l'anthropologie. D'autres avancent que la SF est plausible quand la fantasy est irréaliste. Mais, la vérité est que le classement d'une oeuvre dépendra d'une décision marketing.

 

Ci-dessous, une analyse géologique du plateau du jeu de trônes :

 

 

 

(via io9)