Les titres de livre les plus WTF de la rentrée littéraire 2017

Antoine Oury - 09.08.2017

Edition - Les maisons - livres rentrée littéraire - rentrée littéraire 2017 - rentrée livres septembre 2017


Si vous lisez régulièrement ActuaLitté, vous savez qu'on n'aime pas vraiment faire comme les autres. Alors, si nous nous sommes pliés aux présentations de rentrée des éditeurs, nous n'allons pas nous priver de présenter la rentrée littéraire avec un angle bien tordu. Voici donc, pour vous, une sélection des titres de livres les plus bizarres de la rentrée 2017. Pas de quoi.

 
 

Dans la série « J'ai vu ça sur Internet »

 

Vous connaissez peut-être, Joann Sfar, Albin Michel

 

Au début il y a cette fille, Lili rencontrée sur Facebook. Ça commence par " vous connaissez peut-être ", on clique sur la photo du profil et un jour on se retrouve chez les flics. 

J'ai aussi pris un chien, et j'essaie de lui apprendre à ne pas tuer mes chats. 

Tant que je n'aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas rond. 

Ça va durer six mois.

 

Dans la série « J'ai confondu avec la critique de Télérama »

 

Une odyssée. Un père, un fils, une épopée, de Daniel Mendelsohn, Flammarion

 

Lorsque Jay Mendelsohn, âgé de 81 ans, décide de suivre le séminaire que son fils Daniel consacre à l’Odyssée d’Homère, père et fils commencent un périple intellectuel et émotionnel de grande ampleur. Croisant les thèmes de l’enfance et de la mort, de l’amour et du voyage, de la filiation et de la transmission, ce livre est le récit poignant de la redécouverte mutuelle d’un fils et d’un père.

 

Dans la série « Mon dentiste me l'a conseillé »

 

L’histoire de mes dents, Valeria Luiselli, Éditions de l’Olivier

 

Gustavo " Grandroute " Sanchez sait imiter à la perfection Janis Joplin quand il a trop bu. Il sait également déchiffrer les dictons des gâteaux chinois, et même faire la planche. Mais Gustavo n'est pas une personne comme les autres, c'est le meilleur commissaire-priseur du monde. Et il ambitionne de réaliser son plus grand coup : se faire extraire toutes les dents et les vendre en les faisant passer pour les restes d'" infâmes personnages " tels que Platon, Pétrarque ou Virginia Woolf. Cette supercherie mène Grandroute dans une direction qu'il n'avait pas prévue quand il remarque que son fils, présent à la vente, est bien décidé à acheter son propre père aux enchères...

 

Dans la série « Problèmes contemporains »

 

Il n'y a pas Internet au paradis, Gaëlle Pingault, Éditions du Jasmin

 

Un couple. Lui travaille dans une grande entreprise. Changement de patron. Pressions. Harcèlement ? Il se suicide. Elle. En colère contre lui, qui a fui la vie. En colère contre l'entreprise, à qui elle demande des comptes. David contre Goliath. Face à l'adversaire, ne pas plier. Faire le deuil. Choisir de sourire à une existence nouvelle.

 


Dans la série « Il vit sur la même île que 2Pac » ou « Laissez-le tranquille »


David Bowie n'est pas mort, Sonia David, Robert Laffont
 

A un an d'intervalle, Hélène, Anne et Emilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi tire sa révérence. David Bowie a eu, dans l'adolescence d'Hélène, la " soeur du milieu ", une importance toute particulière, qu'elle avait complètement oubliée, qu'elle n'avait peut-être même pas mesurée mais qui lui saute aux yeux, aujourd'hui. Dans toute sa violence, dans toute sa réconfortante douceur. Alors, Hélène commence à raconter... Trois parties, trois décès, trois moments, comme les trois mouvements d'une même symphonie intime où la mort, très impalpable, se mêle à la vie très pratique puisqu'il faut s'occuper de ce qui reste (l'enterrement, les biens, les papiers, la succession...), le passé au présent à mesure que les souvenirs remontent à la surface, et où la tristesse flirte en permanence avec l'humour, parce que telle est la nature d'Hélène.


De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes fillesJean-Michel Guenassia, Albin Michel
 

« Moi, je me plais dissimulé dans le clair-obscur. Ou perché tout en haut, comme un équilibriste au-dessus du vide. Je refuse de choisir mon camp, je préfère le danger de la frontière. Si un soir, vous me croisez dans le métro ou dans un bar, vous allez obligatoirement me dévisager, avec embarras, probablement cela vous troublera, et LA question viendra vous tarauder : est-ce un homme ou une femme ? Et vous ne pourrez pas y répondre. » De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles nous fait partager l'histoire improbable, drôle et tendre, d'une famille joliment déglinguée dont Paul est le héros peu ordinaire. Paul qui, malgré ses allures de filles, aime exclusivement les femmes. Paul, qui a deux mères et n'a jamais connu son père. Paul, que le hasard de sa naissance va mener sur la route d'un célèbre androgyne : David Bowie.

 

Dans la série « Le monde ne marche pas comme ça »

 

Le courage qu’il faut aux rivières, Emmanuelle Favier, Albin Michel

 

Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis toujours aux hommes : travailler, posséder, décider. Manushe est l'une de ces " vierges jurées " : dans le village des Balkans où elle vit, elle est respectée par toute la communauté. Mais l'arrivée d'Adrian, un être au passé énigmatique et au regard fascinant, va brutalement la rappeler à sa féminité et au péril du désir.

 

Dans la série « Pourvu que le feel good passe de mode »

 

Les optimistes meurent en premier, Susin Nielsen, Actes Sud

 

Depuis la mort accidentelle de sa petite sœur, Pétula De Wilde a développé de nombreuses phobies. Elle estime que porter une grande attention à l'hygiène et être le plus prudente possible lui permettront de vivre plus longtemps. Jusqu'à ce que " l'Homme bionique " fasse son apparition... Un grand roman de Susin Nielsen sur la culpabilité, et le choix risqué mais joyeux du retour à la vie.


On se moque mais c'est cool les titres bizarres. On ne loupe pas les livres en librairie, et ça permet de se faire remarquer dans les transports en commun.



 

Retrouvez notre dossier : Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires