Les usagers veulent la trilogie Fifty Shades of Grey

Clément Solym - 29.05.2012

Edition - Bibliothèques - Fifty Shades of Grey - bibliothèques - censure


Dans un communiqué de presse démontrant que la démocratie, c'est le pouvoir du plus grand nombre, contre ceux qui ne pensent pas pareil, la bibliothèque de Floride, Brevard, revient sur sa décision de censurer le livre de E.L. James. Fifty Shades of Grey, le « porno pour mamans », après avoir été éjecté… est de retour dans les étagères.

 

C'est probablement à moins l'éditeur du livre, qui criait à un acte de censure illégitime, qu'aux milliers de personnes qui ont signé la pétition et réclamé le retour du livre que l'on doit de retrouver l'ouvrage en prêt. D'ailleurs, l'établissement, contre mauvaise fortune fait bon coeur, en assurant qu'il s'agit de répondre à la demande du grand public. 

 

Depuis hier, donc, l'ouvrage est désormais à la disposition de qui en veut, après mûr examen, assurent les autorités de la bib'. Les 19 exemplaires de la trilogie sont accessibles, précise la directrice Cathy Schweinsberg.

 

Depuis le début du mois de mai, si d'un côté, les ventes de cette saga ne démentissent pas le succès rencontré par l'auteure - et la future adaptation au cinéma semble également aller dans ce sens - plusieurs bibliothèques du pays avaient décidé que le roman, pornographique, n'avait rien à faire chez eux.

 

« Nous avons toujours été opposés à la censure. Nous avons une longue histoire d'opposition, et qui continue d'être une priorité pour le fonctionnement de notre bibliothèque », garantit la directrice. (le communiqué)

 

C'est que début mai, le discours de ladite Cathy Schweinberg, directrice de l'établissement, était tout autre : « C'est très simple : le livre ne répond pas à nos critères de sélection. Personne ne nous a demandé de l'enlever de nos rayons. Mais nous en avons acheté quelques exemplaires et nous avons réalisé ce que c'était réellement. Nous nous étions penchés dessus, parce qu'il était classé en soft porn ou porno pour mamans. Nous ne prenons pas de porno. » 

 

La décision de remettre les ouvrages en prêt découle d'une sage réflexion, il est possible que les usagers auraient mis le feu à l'établissement, en cas de refus prolongé. 

 

Le livre aurait déjà rencontré plus de 10 millions de lecteurs.