Lettre ouverte aux députés pour un tarif postal préférentiel 'livre et revue'

Clément Solym - 05.07.2008

Edition - Société - Poste - livres - envois


Un courrier adressé aux députés, vient d'exploser dans les boîtes mail de la Coordination des indépendants du livre, de parlementaires, syndicalistes et journalistes mis en copie, évoquant la question d'un tarif postal pour le livre. Nous vous la livrons telle qu'elle nous es parvenue :


Cher(e) député(e),

Bonjour,

Au moment ou des professionnels publient dans Le Monde du 2 juillet 2008 un « Appel pour le livre » faisant suite aux amendements (finalement repoussés) proposés par deux députés qui menaçaient la loi sur le prix unique du livre, il nous semble utile de vous faire connaître les quelques avancées du dossier sur le tarif postal « livre et revue ».
  • l'acceptation par les guichets de Poste de l'envoi au tarif « lettre », suite à la condamnation par l'Arcep en septembre 2007...
  • la confirmation par la direction de la Poste de l'existence du tarif «sacs de livres ». Notons tout de même que cette reconnaissance s'accompagne d'un durcissement des conditions (sacs payants - complication administrative - quasi impossibilité d'obtenir ces fameux sacs), au point qu'il semble que la direction de la Poste tienne un double langage: à Livres hebdo, elle affirme que les sacs de livres font toujours partie de l'offre de la Poste et sont disponibles, alors qu'en pratique, elle multiplie les obstacles pour se les procurer.
  • la publication par de nombreuses revues et bulletins professionnels des tarifs en cours à la Poste et de notre revendication d'un tarif pour le livre et les revues (notamment le dossier sur le « transport du livre » du n° 16 de la revue Dazibao publiée par l'Agence régionale du livre en Provence-Alpes-Côte d'Azur).
Rappelons que la pétition pour un tarif postal préférentiel « livre et revue » rassemble plus de 8 000 signataires et a suscité plus de 40 questions au gouvernement [Questions Assemblée nationale recherchez : « tarifs postaux »]... Elle a été déposée en septembre 2007 auprès de la Commission européenne qui l’a transmise à la commission « culture et éducation » et une réunion de travail a eu lieu en mars 2008 à Bruxelles. Enfin, qu'elle a été officiellement remise aux deux ministères (Cuture et Industrie) directement concernés par la question et à la Poste le 10 décembre 2007 accompagnée d'un dossier sur la question du transport du livre (lire le PDF).


Nous nous interrogeons sur l'absence quasi totale de curiosité de la part des quotidiens nationaux et régionaux pour les actions et les documents produits par la Coordination des indépendants du livre. En effet, notre pétition rassemble à ce jour plus de 8 000 signataires (moitié professionnels de la chaîne du livre, moitié lecteurs de tout horizon...), mais aussi par le truchement des 42 questions posées par des députés (de tous bords politiques et de toutes les régions) elle représente près de 1 500 000 citoyens. Tout cela pour une mesure aussi simple et facile à mettre en place que celle de l'instauration d'un tarif postal et l'inscription de celui-ci dans les missions de service public de l'entreprise la Poste. Que faut-il faire maintenant pour faire avancer cette réforme, demander à Amazon, Fnac, Alapage, Leclerc ou quelque autre entreprise de nous soutenir ?

Rappelons que depuis la remise de la pétition, seule une réunion de travail rassemblant au ministère de la Culture, la Poste, le Syndicat de la librairie française (SLF), celui de l'édition (SNE) et la Coordination des indépendants du livre a eu lieu sans même que la question d'un tarif postal préférentiel « livre et revue » soit étudiée.

Par ce courrier, nous aimerions savoir où en est la possibilité d'ouvrir une commission de travail sur cette question du tarif postal comme nous l'avions suggéré à M. Jean-François Copé (président du groupe UMP) et à M. Jean-Marc Ayrault (président du groupe socialiste) ?


En attendant de vous lire,
La coordination des indépendants du livre


Contact : laposte@lekti-ecriture.com


Pour signer la pétition, vous pouvez vous rendre directement à cette adresse.