Levain de l'édition, le livre jeunesse reste une valeur sûre

Clément Solym - 27.11.2008

Edition - Economie - levain - édition - livre


Cela nous a été confirmé hier soir sur les différents stands des éditeurs présents pour le Salon du livre jeunesse qui se déroule à Montreuil : le secteur jeunesse est ce qui se vend le mieux. Voire le plus...

Il faut reconnaître que propulsé par des cycles comme celui d'Harry Potter depuis quelques années, ou le succès grandissant toujours et encore de Stephenie Meyer, auquel on ajouterait la trilogie de Christopher Paolini, Heritage, ou encore Les Chevaliers d'émeraude d'Anne Robillard, la Canadienne, voilà qui marque tout de même un secteur.

Avec 526 millions € de chiffre d'affaires et 70 millions € de volumes pour l'année passée, le livre jeunesse compte pour 15 % des ventes, quand en 2004, cela se ramenait à 13 %. Et si GfK annonce un recul de 2,7 % depuis le début 2008, c'est à mettre en parallèle avec les 3,6 % de baisse de l'édition toute entière.

Pour Alice Cousin Crespel, analyste senior du cabinet GfK, « la relève est bien là : les lecteurs d'"Harry Potter" ne se sont pas évaporés, mais se sont reportés sur de nouveaux titres, preuve que le goût de la lecture a été bel et bien pris ». D'ailleurs, du côté des éditions Bayard, on se réjouit du succès de son dernier lancement : Cathy's Book, qui après 60.000 exemplaires de premier tirage, repart en réimpression.

Depuis deux ans, on assiste à une augmentation de 20 % de la production, avec des tarifs entre 15 et 20 €. Et les trois piliers du secteur restent immanquablement les mêmes : Hachette à 14 %, Gallimard à 11 % et Bayard à 8 %.